picto actuActualités
L'Union du samedi 27 mai - A Châlons, Rudy Namur une L'Union du samedi 27 mai - A Châlons, Rudy Namur une "justice sociale"

http://www.lunion.fr/33024/article/2017-05-29/chalons-rudy-namur-veut-une-justice-sociale

Publié le lundi 29 mai 2017plus Lire la suite
Ma lettre de candidature - Législatives 2017 Ma lettre de candidature - Législatives 2017 Publié le jeudi 25 mai 2017plus Lire la suite
Publié le jeudi 4 mai 2017plus Lire la suite
Signez la pétition contre la vente du camping muncipal

Le groupe socialiste et apparentés du conseil municipal de Châlons-en-Champagne vient de lancer une pétition contre la vente du camping municipal :

https://www.change.org/p/groupe-socialiste-et-apparent%C3%A9s-du-conseil-municipal-de-ch%C3%A2lons-en-champagne-contre-la-vente-du-camping-municipal-de-ch%C3%A2lons-en-champagne

Ensemble, incitons la majorité municipale à revenir sur cette décision !

 

 

Publié le lundi 10 avril 2017plus Lire la suite
NON à la "braderie" du camping municipal

Lors du conseil municipal du jeudi 9 février dernier, Benoist APPARU a décidé de brader le camping municipal de notre ville. Face à cette décision incompréhensible au regard de la politique touristique de notre ville, du prix retenu et de la méthode employés, j'ai déposé un recours gracieux auprès de Monsieur le Préfet afin d'obtenir l'annulation de la délibération.

Recours gracieux

 

Publié le lundi 10 avril 2017plus Lire la suite
Communiqué relatif à la déclaration de Manuel VALLS du 29 mars 2017 Communiqué relatif à la déclaration de Manuel VALLS du 29 mars 2017 Publié le mercredi 29 mars 2017plus Lire la suite
NON A NON A "LA GRANDE BRADERIE" DU CAMPING MUNICIPAL ! Publié le lundi 13 mars 2017plus Lire la suite
Un ami nous a quitté... Un ami nous a quitté...

C’est avec une immense tristesse que j’ai appris le décès d’Alain GOZE. Alain fut membre du Parti socialiste délégué national à la vie associative au sein des instances nationales du Parti socialiste de 1995 à 2000, Président de l’association des personnalités civiles socialistes, écologistes et républicaines, il fut élu municipal d’opposition depuis 2001.

M’accompagnant depuis 2011, nous avons favorisé le rassemblement en 2014 en formant la liste municipale Un Nouveau Souffle pour Châlons. Bougon mais foncièrement attachant, Alain a tenté jour après jour de me transmettre ses savoirs. C’était un pédagogue exigeant, un technicien hors pair, et un débatteur opiniâtre.

Profondément humaniste, apôtre de l’éducation populaire, la disparition d’Alain laissera un grand vide dans le paysage politique châlonnais. Je m’attacherai, avec les autres membres du groupe socialiste et apparentés, à porter son héritage, celui d’une gauche réformiste, favorisant les convergences toujours dans l’intérêt de nos administrés.

Rudy NAMUR

Président du groupe socialiste et apparentés

Mairie de Châlons-en-Champagne

 

 

Publié le mardi 27 décembre 2016plus Lire la suite
Budget primitif 2017 - L'opposition socialiste vote contre le budget de Benoist Apparu Budget primitif 2017 - L'opposition socialiste vote contre le budget de Benoist Apparu

"Monsieur le Maire,

Cher-e-s collègues,

Des efforts importants, et je n’ai pas peur de le dire,  ont été réalisés, pour corriger les dérives financières passées, vous avez serré les boulons et nous aurions fait la même chose, différemment mais avec le même objectif : dégager  des marges de manœuvre pour investir.

Ainsi, à la lecture du BP, nous constatons de fortes diminutions dans les charges à caractère général ou les autres charges de prestations courantes.  Mais jusqu’où pensez-vous aller sans remettre en cause le fonctionnement et la qualité des services proposés à nos concitoyens ?

D’autant que dans le même temps vous avez contenu les dépenses de personnel, ce qui signifie en caricaturant à peine des départs non renouvelés, autrement dit des services avec moins de moyens et moins d’agents d’où des difficultés supplémentaires pour nos agents municipaux à assumer leurs missions.

Là où vous pointez régulièrement du doigt la baisse des dotations de l’Etat, alors même que votre candidat à la présidentielle promet de baisser durablement ces mêmes dotations… Nos dotations présentent une très légère diminution, ainsi dans notre budget de fonctionnement la DGF est passée de 31,78% en 2012 à 29,21% en 2015. Nous pouvons à ce titre nous satisfaire d’être l’une des rares villes de France de la même strate à ne pas avoir une DGF en forte diminution. Vous-même vous nous indiquez que nous touchons 398€/hab de DGF là où les villes de même strate ont 235€/hab.

Pourquoi sommes-nous préservés pour le moment des baisses des dotations ? Tout simplement car nous sommes une ville pauvre où les baisses de dotations sont compensées par l’Etat par le biais de la Dotation de Solidarité Urbaine.

Vous nous présentez un budget qui semble oublier de mettre l’accent sur l’humain, sur ces naufragés de la vie, celles et ceux qui pour des raisons diverses et variées ont connu un accident de vie et se retrouvent en décrochage  total avec les politiques publiques.

Châlons est une ville pauvre au regard du potentiel fiscal, mais aussi et surtout au regard du niveau de vie de nos administrés : 1501 € par mois contre 1629 € au niveau national, 19% de nos administrés vivent sous le seuil de pauvreté contre 13% en moyenne dans le Département de la Marne.

Monsieur le Maire, vous avez mis en place une politique de rigueur budgétaire qui permet petit à petit de désendetter la ville, nous vous demandons d’utiliser les excédents, ces marges de manœuvre, de deux manières :

  • Tout d’abord en soutenant les châlonnais les plus vulnérables, différentes actions pourraient être mises en place, je pense aux familles et à la gratuité des Nouvelles Activités Périscolaires, ou tout simplement de faire un geste sur la fiscalité ou en réduisant le taux de la taxe d’habitation ;
  • En investissant à hauteur de ce que vous prévoyez… pour rappel lors du BP 2015 était prévu près de 9M€ d’investissement pour seulement 5M € de réalisé. Parmi les 13M€ prévus combien seront effectivement réalisés ?

Enfin Monsieur le Maire, deux commentaires :

  • Le premier concerne le régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l'expertise et de l'engagement professionnel (RIFSEP). Lors du rapport d’orientation budgétaire vous évoquiez à juste titre que tous les décrets n’étaient pas sortis (3 sur 8), rien ne nous empêche de mettre en place le dispositif pour les 5 filières de la fonction publique territoriale pour lesquelles les décrets sont sortis.
  • Suite à nos interventions lors du ROB, le PPI nous a été fourni, néanmoins, sauf erreur de ma part, je n’ai rien vu sur le programme d’accessibilité Ad’Ap.  Pour rappel l’Ad’AP est la mise en œuvre d’une stratégie de mise en accessibilité et consiste à présenter une programmation budgétaire. Cette programmation à l’avantage de suspendre les sanctions en cas de non-respect des règles d’accessibilité. Préférez-vous payer des pénalités ?

Monsieur le Maire, pour toutes ces raisons nous nous opposerons à votre budget 2017, tout en saluant les avancées permettant de dégager certaines marges de manœuvre. Encore faudrait-il qu’elles soient utilisées à bon escient.

Je vous remercie"

 

Rudy NAMUR 

 

Publié le jeudi 15 décembre 2016plus Lire la suite
Je prends mes responsabilités ! Je prends mes responsabilités ! Publié le samedi 26 novembre 2016plus Lire la suite
Les primaires citoyennes s'organisent ! Les primaires citoyennes s'organisent ! Publié le mercredi 19 octobre 2016plus Lire la suite
Des élus solidaires ! Des élus solidaires ! Publié le lundi 10 octobre 2016plus Lire la suite
Une fusion qui fait du bruit....

Lors du conseil des Maires du jeudi 30 juin dernier, le Président de la CAC nous a réuni pour échanger suite à la demande de la Communauté de Communes de la Région de Mourmelon de rejoindre la Communauté d’agglomération de Châlons en Champagne.

Après quelques semaines de réflexion et d’analyse, les élus locaux ont fait part au Président de la CAC de leurs inquiétudes, tant pour la Communauté d’Agglomération de Châlons, que pour les communes, quant aux conséquences d’une fusion avec la Communauté de Communes de la Région de Mourmelon.

Voici les points sur lesquels les élus ont souhaité attirer l'attention du Président :

  • La précipitation et une présentation tardive d’une telle proposition : Présentation le 30 juin 2016 avant les vacances d’été sans possibilité de rediscuter et avec demande de retour d’avis « dans les jours à venir » tout en sachant qu’il est particulièrement difficile de réunir les conseils municipaux en juillet et août.

  • Une nouvelle carte intercommunale sans aucune cohérence territoriale : notre territoire s’étendrait sur 67 km du Sud au Nord et sur un maximum de 29 km d’Est en Ouest (avec une moyenne inférieure à 20 km).

  • Le besoin de stabilité de la réflexion nécessaire et de l’étude prospective des compétences et de ne pas donner un blanc-seing.

  • Une perte de gouvernance : Certaines communes seraient moins bien représentées qu’aujourd’hui au sein de la CAC : Fagnières et Sarry perdraient 2 sièges, Saint Memmie, Compertrix, Juvigny et Recy 1 siège au profit de Mourmelon (4 sièges) et Châlons en Champagne (+ 8 sièges).

L’ancien accord de gouvernance pourtant récent (18 mois) serait donc totalement remis en cause.

La représentation de l’aire urbaine de la CAC serait donc renforcée au détriment des communes rurales.
L’ensemble du bureau devrait être renouvelé avec certainement l’intégration d’un, voire deux vice-présidents issus de la C.C. de la Région de Mourmelon. Compte tenu de la nouvelle représentativité de Châlons, ce renouvellement ne pourra se faire qu’au détriment des secteurs ruraux.

Une remise en cause possible de nos compétences arrêtées au 01 janvier 2015 : Création, aménagement et entretien de la voirie ; Construction, entretien et fonctionnement des équipements scolaires, centre intercommunal d’action sociale, eau potable.

Il devra y avoir une remise en chantier partielle ou totale des compétences que nous définissons ensemble comme la voirie, le scolaire, etc.
Des conséquences certaines sur la fiscalité avec un nouveau pacte de neutralité fiscale.


Quel intérêt réel pour la CAC d’intégrer 8 nouvelles communes et surtout des équipements structurants qui ne pourront à terme que coûter à la nouvelle structure intercommunale alors même qu’aujourd’hui il est nécessaire d’économiser plus de 3 millions d’euros.

 

Se pose la question des modalités de l’intégration du personnel (8 personnes) de la CCRM. Logiquement, il devrait être déplacé sur Châlons auquel cas, il faudrait vérifier la capacité d’accueil dans les locaux de la CAC. En tout état de cause, leur maintien sur Mourmelon (par duplication des services ou restructuration) créera des inégalités d’accès aux services pour les communes.

 

Toutes ces problématiques fondamentales pour l’avenir de notre territoire et pour le « bien vivre ensemble », ont été abordées, présentées et débattues il y a 20 mois lors du projet  de regroupement des 3 intercommunalités de Reims - Châlons - Vesle et Côteaux de la Montagne de Reims.

Ces mêmes arguments ont prévalu lors de notre décision de réfléchir à une future fusion avec la Communauté de communes de Moivre et Coole. N’avons-nous pas été à l’origine d’un amendement demandant le rattachement des communes de Courtisols, de Poix et de Somme-Vesle à la C.C. de la Moivre et de la Coole ?

Pour toutes ces raisons,les élus locaux de l'agglomération de Châlons ne peuvent être favorables au rapprochement et à la fusion de la Communauté d’agglomération de Chalons en Champagne avec la Communauté de Communes de la Région de Mourmelon.

Au-delà des problématiques de personnes, d’élus auxquels les territoires survivront, nous avons proposé le maintien du rapprochement de la Communauté de Communes de la Région de Mourmelon avec la Communauté de Communes de Suippes et Vesle, aux problématiques territoriales, humaines, économiques et militaires identiques et cohérentes.

Suite à cette motion, lors du conseil communautaire du 29 septembre 2016, les élus lors d'un vote (sans valeur juridique) ont rejetté le projet de fusion, 56 voix contre 20... 

 

 

Publié le lundi 10 octobre 2016plus Lire la suite
Conférence sur la laïcité avec Jean-Louis BIANCO Conférence sur la laïcité avec Jean-Louis BIANCO

Vendredi 2 septembre, j'ai reçu sur la Foire de Châlons-en-Champagne Jean-Louis BIANCO - Président de l'Observatoire de la Laïcité.

Pour rappel l'Observatoire de la laïcité assiste le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France. Il réunit les données, produit et fait produire les analyses, études et recherches permettant d’éclairer les pouvoirs publics sur la laïcité. Il peut saisir le Premier ministre de toute demande tendant à la réalisation d’études ou de recherches dans le domaine de la laïcité. Il peut proposer au Premier ministre toute mesure qui lui paraît permettre une meilleure mise en œuvre de ce principe, notamment pour assurer l’information des agents publics et privés, des usagers des services publics, des élus et des représentants des cultes. Enfin, il est consulté par le Premier ministre ou les ministres sur des projets de textes législatifs ou réglementaires.

Dans le cadre de cette conférence, notre intervenant, qui fut également Secrétaire général de l'Elysée de François MITTERRAND durant 9ans a expliqué sa vision de la laïcité:

"La laïcité repose sur trois principes : la liberté de conscience et la liberté de culte, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions.

 
La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions. Elle assure aussi bien le droit de changer de religion que le droit d’adhérer à une religion.
 
Elle garantit le libre exercice des cultes et la liberté de religion, mais aussi la liberté vis-à-vis de la religion : personne ne peut être contraint par le droit au respect de dogmes ou prescriptions religieuses.
 
La laïcité suppose la séparation de l’Etat et des organisations religieuses. L’ordre politique est fondé sur la seule souveraineté du peuple des citoyens, et l’Etat —qui ne reconnaît et ne salarie aucun culte— ne se mêle pas du fonctionnement des organisations religieuses.
 
De cette séparation se déduit la neutralité de l’Etat, des collectivités et des services publics, non de ses usagers.
La République laïque assure ainsi l’égalité des citoyens face au service public, quelles que soient leurs convictions ou croyances.
 
La laïcité n'est pas une opinion parmi d'autres mais la liberté d'en avoir une. Elle n'est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect de l’ordre public."

 

 

 

Publié le samedi 3 septembre 2016plus Lire la suite
Conférence sur la mission d'enquête parlementaire relative aux moyens de DAECH avec Eduardo RIHAN CYPEL Conférence sur la mission d'enquête parlementaire relative aux moyens de DAECH avec Eduardo RIHAN CYPEL

À la fin de l’année 2015, Jana Hybascova, ambassadrice de l’Union européenne en Irak s’est inquiétée du possible achat par des pays européens de pétrole vendu par Daech. Ces soupçons ainsi que les conquêtes territoriales et les actions terroristes de ce groupe armé ont conduit nombre d’observateurs à s’interroger sur les soutiens dont l’organisation pouvait bénéficier, notamment au plan financier. Le 1er décembre 2015, la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale a décidé la constitution d’une mission d’information portant sur les moyens de Daech en général, l’organisation mobilisant des moyens matériels mais s’appuyant également sur une propagande redoutablement efficace.

Dès le mois de février 2016, la Mission s’est dotée des prérogatives d’une commission d’enquête en application de l’article 6 de l’ordonnance n° 58‑1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires. Ces pouvoirs exceptionnels ont permis, d’une part, d’accéder à des données de l’autorité de régulation et de contrôle des banques afin d’évaluer la mise en œuvre par les établissements bancaires de leurs obligations en matière de lutte contre le financement du terrorisme, et, d’autre part, d’obtenir des informations normalement protégées permettant de faire la lumière sur les accusations portées contre le cimentier français Lafarge.

Né d’un contexte social, économique et politique spécifique, Daech prospère dans un grand jeu régional qui implique aujourd’hui, outre les puissances voisines des belligérants en Irak et en Syrie, d’autres puissances mondiales. En dépit de ses prétentions, jamais Daech n’est qualifié d’ « État islamique » dans le rapport : il s’agit en effet d’une organisation terroriste violente et totalitaire qui se distingue des autres organisations par deux caractéristiques fondamentales :

– son emprise territoriale et sa prétention à administrer un territoire et des populations ;

– sa capacité à construire et à diffuser une propagande massive, professionnelle, ciblée et évolutive.

LES RESSOURCES MATÉRIELLES

Depuis 2015, Daech fait face à une attrition constante de ses ressources, grâce à l’action coordonnée de la coalition internationale. Son budget annuel, qui aurait atteint jusqu’à 2 milliards de dollars, est clairement en baisse. Les chiffres avancés doivent être considérés avec prudence, certaines estimations étant difficilement vérifiables et certaines données faisant l’objet d’une utilisation politique.

Un système autosuffisant

Fin 2015, la valeur théorique des actifs sous le contrôle de Daech était estimée à plus de 2 000 milliards de dollars. L’organisation peut se prévaloir de ressources diversifiées, multiples et flexibles : 30 000 barils de brut par jour, contre 11 millions par jour pour les États-Unis, ce qui représente un revenu annuel de 250 à 600 millions de dollars en 2015, soit quatre fois moins qu’en 2014 ; 350 millions de dollars tirés de l’exploitation du gaz, un peu moins de 200 millions de dollars de ses ressources agricoles (blé, orge…) et environ 350 millions de dollars des productions de phosphate et de ciment.

Divers trafics d’importance inégale

Il n’existe aucun chiffre sérieux sur le trafic d’œuvres d’art et d’antiquités ; les estimations vont de quelques millions à quelque 150 millions de dollars. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un sujet majeur pour les douanes et que si la France peut se prévaloir d’un dispositif robuste, la coopération internationale reste perfectible et certaines frontières perméables, en dépit de la volonté officielle des autorités d’empêcher ces trafics.

L’existence de trafics d’êtres humains, accompagnés de pratiques barbares, est malheureusement avérée, même s’ils ne représentent que des revenus mineurs pour l’organisation.

Enfin, aucun élément ne corrobore les accusations relatives au trafic de drogue. En tout état de cause, il ne peut s’agir d’une source régulière et significative de revenus.

Un pseudo-système fiscal

Daech prétend instaurer des « impôts » qui s’apparentent plus à des mécanismes d’extorsion. Ce sont les seules ressources croissantes de l’organisation : de 360 millions de dollars en 2014, elles ont atteint entre 800 et 900 millions de dollars en 2015, avec la création de nouvelles taxes sur l’eau et l’électricité (début 2016) ou encore le remplacement des punitions corporelles par des amendes. Autrement dit, face à la baisse de ses moyens, Daech utilise la population sous son contrôle comme variable d’ajustement.

Des financements étrangers limités

L’ampleur des financements étrangers de Daech est source de fantasmes alors qu’ils ne représentent qu’une infime part des ressources de l’organisation, estimée à environ 5 millions de dollars par an. Il convient toutefois de rester vigilant : d’autres groupes terroristes, comme Jabhat al‑Nosra, la branche syrienne d’Al‑Qaïda, s’appuient plus largement sur leur réseau de donateurs étrangers ; les financements collectés, notamment grâce aux réseaux sociaux, envoient un signal dévastateur sur la capacité des États de la coalition à lutter efficacement contre le financement du terrorisme ; enfin, ces flux pourraient se développer si Daech revenait à une forme plus clandestine.

La France est à l’origine de plusieurs mesures visant globalement à réduire l’anonymat des moyens de paiement, comme le plafonnement des paiements en liquide ou des cartes prépayées. Mais ces mesures ne seront pleinement efficaces que si elles sont adoptées par une majorité de pays. De même, il importe de contrôler plus sérieusement l’emploi des sommes supérieures à 10 000 euros qui font l’objet d’une simple déclaration à l’entrée dans l’Union européenne.

Les moyens militaires

Daech dispose de moyens opérationnels équivalents à ceux d’une unité motorisée d’infanterie. Les équipements proviennent essentiellement des arsenaux irakien et syrien bien qu’il existe des circuits complémentaires d’approvisionnement. Les matériels employés sont d’abord individuels : fusils d’assaut (de l’ordre 60 000 unités), pick-up, etc. Des engins explosifs improvisés (IED) et des armes chimiques ont été utilisés. La communauté internationale doit mieux contrôler les trafics des composants et des précurseurs de ces équipements.

Depuis mai 2016, Daech essuie d’importants revers militaires, avec notamment la reprise de Fallouja le 23 juin. Toutefois, Daech reste puissamment implanté à Raqqa et à Mossoul, des villes à majorité sunnite qui craignent plus que tout le retour des milices chiites qui opèrent en lien avec les forces irakiennes et se rendent coupables d’exactions sur les populations sunnites. Les villes reprises sont minées, de sorte que les populations civiles ne peuvent y revenir immédiatement. Enfin, Daech a fait la preuve de sa capacité de manœuvre y compris dans des zones qu’il ne contrôle plus, ayant par exemple récemment abattu un hélicoptère russe près de Palmyre.

La poursuite du combat dans une logique asymétrique et son extension à d’autres zones (Lybie, Yémen, Turquie…) est une hypothèse plausible qui requiert la plus grande vigilance.

Les combattants

L’armée de Daech a compté jusqu’à 35 000 combattants, ce nombre ayant sans doute chuté à 12 000 environ aujourd’hui. Les services de renseignement ont recensé 600 Français sur place, dont environ 200 femmes. Le retour des combattants et de leurs familles dans leur pays d’origine – la France mais aussi les pays du Maghreb comme la Tunisie – doit être anticipé. Il est essentiel de se préoccuper de l’avenir des enfants ayant subi un endoctrinement et un entraînement militaire en Syrie.

LES RESSOURCES IMMATÉRIELLES

Parmi les moyens de l’organisation, la Mission a aussi considéré les moyens idéologiques et la propagande.

Une idéologie totalitaire

Daech est le dernier avatar d’une nébuleuse djihadiste dont la doctrine, forgée dans le contexte de la Guerre froide, a un caractère manifestement totalitaire. Daech réutilise à son profit les références religieuses, met codes et symboles au service de son projet politique, c’est-à-dire la mise en place d’un califat transnational et la destruction des impies. Dans la vision eschatologique du monde portée par Daech, c’est-à-dire d’un monde à la veille de la fin des temps, l’autre n’a plus droit de cité, l’individu se sacrifie pour la cause et le recours à l’hyperviolence est autorisé. Ces éléments participent d’un processus de déshumanisation et d’une grille de lecture binaire, caractéristiques des mouvements sectaires et des logiques totalitaires.

Une propagande ciblée

Organisée, la propagande de Daech s’appuie sur sept branches médiatiques spécialisées dans la production de contenus visuels, écrits, ou audios. Professionnelle, la propagande s’appuie sur des productions sophistiquées aux mises en scène soigneusement élaborées. Elle maîtrise parfaitement les réseaux sociaux et les codes qui séduisent les adolescents.

Daech est capable d’adapter son discours sur le fond comme sur la forme au public qu’il vise : à chaque âge, à chaque sexe, à chaque aire géographique correspondent des messages différenciés. Ses publications sont traduites en 11 langues aujourd’hui.

Les fournisseurs d’accès internet, d’applications en ligne et de réseaux sociaux ne semblent pas avoir pris la mesure de cette menace et doivent se doter d’outils et d’équipes performantes pour lutter contre la prolifération des discours extrémistes, Ils ne sauraient se limiter, comme aujourd’hui, à une attitude passive qui consiste à simplement retirer les contenus signalés par les internautes ou les autorités. Plus fondamentalement, le fonctionnement même de plusieurs médias sociaux et outils de recherche en ligne, qui enferment l’internaute dans une sphère d’autoréférence, en lui proposant des contenus similaires à ce qu’il a déjà vu ou cherché, soulève d’importantes questions.

Il revient aux pays démocratiques de défendre un discours fédérateur et mobilisateur. L’arme la plus puissante contre l’obscurantisme, c’est l’esprit critique et l’acceptation des divergences d’opinion, dans le respect des convictions de chacun. À ce titre, l’école joue un rôle central dans l’acquisition d’un esprit libre.

QUELLES RÉPONSES ?

Le rapport se veut résolument optimiste, la France et le Français disposant des atouts et qualités nécessaires pour défaire Daech. Vaincre Daech nécessite de combiner plusieurs actions :

une action militaire pour contrer l’expansion territoriale de l’organisation et libérer les populations sous son joug ;
une lutte contre toutes les sources de financement, ce qui suppose d’empêcher les trafics en tous genres et de couper les circuits d’approvisionnement ;
un meilleur suivi des combattants étrangers partis en Syrie et un meilleur contrôle des interactions qui peuvent exister entre des ressortissants nationaux et Daech ;
une action de long terme sur les mentalités destinée à promouvoir la complexité, la diversité et le respect de l’autre.
Le rapport préconise plusieurs mesures très concrètes, notamment :

de favoriser l’adoption à l’ONU d’une résolution sur le retour des combattants étrangers de Daech dans leurs pays d’origine ;
d’actualiser les règles relatives à la commercialisation des produits servant à fabriquer les engins explosifs ou les armes chimiques ;
de renforcer les dispositifs de lutte contre les trafics d’œuvres d’art ;
de mieux contrôler l’usage de l’argent liquide qui entre dans l’Union européenne ;
de défendre le principe d’un abaissement des capacités d’emport des cartes prépayées, modes de paiement anonymes particulièrement favorables aux organisations clandestines ;
de mobiliser les États membres de l’Union européenne afin de constituer des bases de données communes et de disposer de législations harmonisées. 
En tout état de cause, défaire matériellement Daech ne suffira pas à restaurer la paix dans la région ; une solution politique est nécessaire. La France doit défendre un strict respect des cessez-le-feu et une stabilisation de la région et s’engager dans les groupes de travail mis en place au sein de la coalition internationale sur la reconstruction des États syrien et irakien, en veillant à éviter une communautarisation de leurs institutions.

La France doit également veiller à proposer un projet politique national qui mette en œuvre concrètement les promesses de notre devise républicaine, ce à quoi s’emploie le Gouvernement avec, par exemple, le nouveau plan interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (2015-2017) ou le travail d’Abdennour Bidar sur l’humanisme universel. L’école joue un rôle majeur en ce sens car elle est le lieu d’apprentissage de la complexité.

 

Retrouvez l'intégralité du rapport sur le lien suivant : http://www2.assemblee-nationale.fr/static/14/daech/rapport-daech-tome1.pdf

Publié le mercredi 31 août 2016plus Lire la suite
Le projet de Centre aquatique de Fagnières

Retrouvez le projet de Centre aquatique de Fagnières

Publié le dimanche 28 août 2016plus Lire la suite
Crise agricole - Communiqué de presse Crise agricole - Communiqué de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE – CRISE AGRICOLE – 21 AOUT 2016

 

Alors que Benoist APPARU continue de commenter l’actualité nationale, de s’amuser de Nicolas SARKOZY en Louis de Funès ou encore de tenter de vendre les livres d’Alain JUPPE, il oublie le principal !

Le principal, c’est Châlons, les richesses de son territoire et ses administrés ! Dans quelques jours s’ouvre à Châlons-en-Champagne, l’une des principales foires agricoles de France alors que la crise agricole est de plus en plus importante. La profession agricole souffre plus que jamais, et à aucun moment le Député de Châlons s’est exprimé sur cette question cruciale pour l’avenir de milliers d’hommes et de femmes.

Cette année, les marchés mondiaux se sont dégradés, la cause climatique avec des crues, un manque de luminosité ont endommagé en profondeur la situation de toutes nos cultures. 2016 restera comme une année critique pour le secteur agricole au même titre que 1976.

A ce jour, on évoque la diminution d’un tiers de la production, pour certains exploitants, leur chiffre d’affaire sera divisé par deux… et notre député local, élu d’une circonscription rurale est absent du débat.

En tant qu’élu local, en tant que consommateur, je connais l’attachement à une terre, à un terroir et à un patrimoine agricole fruit du travail de génération en génération.

Notre Gouvernement, en premier lieu Stéphane LE FOLL – Ministre de l’agriculture -  a fait de premières annonces fin juillet 2016, d’autres suivront à la rentrée (http://agriculture.gouv.fr/)

Moi élu départemental je propose d’organiser des assises agricoles, mêlant producteurs, consommateurs, grande distribution. Dans des difficultés comme celles connues par le secteur agricole il faut faire preuve de pragmatisme pour rechercher des solutions au plus proche du terrain. J’en appelle aux bonnes volontés de notre territoire pour soutenir cette démarche. Tous les acteurs ont un morceau de la solution, aux élus de les faire converger pour mettre en place une véritable politique agricole locale.

Rudy NAMUR

Conseiller départemental de la Marne

 

Publié le dimanche 21 août 2016plus Lire la suite
UDESR 51 - 1ère journée de travail - Samedi 28 mai 2016 UDESR 51 - 1ère journée de travail - Samedi 28 mai 2016

Depuis début février je suis le nouveau Président de l'Union Départementale des Elus Socialistes et Républicains de la Marne. Cette association à pour objectifs de:

  • Coordonner l'action des élus progressistes dans la Marne,
  • Elaborer des propositions communes pour l'ensemble du territoire marnais,
  • Organiser collectivement les réactions à l'activité locale
  • Former les élus, militants et sympathisants.

Le bureau est composé pour le moment d'Alabain TCHIGNOUMBA - Trésorier (Conseiller départemental de la Marne - Reims III), Alexandre TUNK - Secrétaire (Conseiller municipal de Reims), Hadhoum BELAREDJ TUNK ((Conseillère départementale de la Marne - Reims II) et Jean-Louis RUMERIO (Adjoint au Maire de Cormontreuil).

Notre première action est l'organisation d'une journée de travail le 28 mai 2016 portant sur les dotations et le rôle des collectivités avec la participation exceptionnelle de Mathieu KLEIN - Président du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle

Mathieu KLEIN viendra expliquer comment dans un contexte budgétaire contraint (Dotation en diminution, progression des actions de solidarité) il arrive à mettre en place un politique progressiste dans son Département.

 

 

 

 

 

Publié le samedi 14 mai 2016plus Lire la suite
Rencontre avec le Président de la République François HOLLANDE - Mardi 11 mai 2016 à l'Elysée Rencontre avec le Président de la République François HOLLANDE - Mardi 11 mai 2016 à l'Elysée

Très honoré d'avoir pu rencontrer le chef de l'Etat à l'Elysée mardi soir. Il fut très attentif aux propositions et attentes de la dizaine d'élus présents lors de ce rendez-vous. Un moment sans filtre et sans langue de bois avec un Président de la République combatif, motivé et chaleureux. Concernant les dossiers locaux, j'ai notamment évoqué le départ de nos militaires de Châlons et ses contreparties, ainsi que l'aéroport de Vatry.

Journal l'Union du jeudi 12 mai 2016

Publié le samedi 14 mai 2016plus Lire la suite
Réunion publique avec Edouard MARTIN - Député européen - Mardi 17 mai 2016 Réunion publique avec Edouard MARTIN - Député européen - Mardi 17 mai 2016 Publié le dimanche 1 mai 2016plus Lire la suite
Vers un débit à deux vitesse - Article Hebdo du Vendredi - 22 avril 2016

Publié le vendredi 22 avril 2016plus Lire la suite
Tribune du Fil du Mau du mois de Mai 2016

Smart City ou Smart Utopie

SMART City, ça vous parle ? Il s’agit de la construction d’un éco-quartier de 350 cottages en autosuffisance dans une ancienne friche militaire, intégrant les nouvelles technologies de robotique et domotique. Sur le papier un projet séduisant … voire même unique en France. Mais malheureusement ce projet n’est pas dédié aux retraités châlonnais, en effet les délibérations parlent d’un projet pour les « retraités parisiens ».

B.Bourg-Broc et B.Apparu ont proposé la vente du terrain à l’euro symbolique…sans aucune garantie de l’investisseur. Qui vous dit que l’investisseur ne cherchera pas à revendre les terrains en réalisant une plus-value ?

Et puis ce dossier comporte des failles et incite à la prudence : un projet qui n’est pas encore financé et qui coûterait près de 90M€, aucune étude de faisabilité réalisée, et un planning irréalisable (commercialisation et autorisation de construire pour fin juillet).

Même si ce projet présente des aspects séduisants nous émettons des réserves qui se veulent être une garantie pour Châlons ! Ne tombons pas dans la Smart Utopie, les spéculateurs et les prédateurs sont aux aguets !

Rudy NAMUR

Président du groupe socialiste et apparentés

 

 

Publié le vendredi 22 avril 2016plus Lire la suite
Réserve parlementaire 2015, Benoist APPARU oublie Châlons et son agglomération Réserve parlementaire 2015, Benoist APPARU oublie Châlons et son agglomération

Réserve parlementaire 2015, Benoist APPARU oublie Châlons et son agglomération

L’Assemblée nationale vient de rendre publique l’utilisation de la réserve parlementaire des députés. Le député de la 4ème circonscription de la Marne disposait d’une enveloppe de près de 110 000€, dont l’utilisation interpelle fortement…

Personnellement je suis opposé à cette pratique, un parlementaire est un législateur et non un mécène d’argent public. Ce que les français attendent de leurs parlementaires ce sont des décisions prises dans l’intérêt de la nation et non qu’ils versent de l’argent public sans aucun critère d’équité. 

Au regard de l’utilisation de la réserve parlementaire de Benoist APPARU, nous pouvons nous interroger sur le fait que les communes et les associations de l’agglomération dont Châlons-en-Champagne (communes de la 4ème circonscription de la Marne) n’ont pas reçu le moindre centime, pourtant elles-aussi ont des projets.

Je ne pointe pas du doigt les projets financés, ils répondent sans nul doute à une demande sur un territoire donné, néanmoins il serait intéressant de connaître l’intégralité des demandes, les critères de sélection ainsi nous aurions une véritable transparence sur l’utilisation de cette argent public.

Ainsi l’utilisation de la réserve parlementaire de Benoist APPARU est la suivante :

  • 95% pour des mairies (53% pour des travaux dans les mairies, 23% pour de la voirie, 9% pour les églises, 9% pour les pompiers, 6% divers)
  • 5% pour les associations (Festival La Poule des champs) 

Répartition thématique de la réserve

 

De manière à retirer toute suspicion de clientélisme par le biais de la réserve parlementaire, pour les exercices à venir je demande à Benoist APPARU de lancer un appel à projets, procédure (qui se voudra être) publique, transparente et équitable.  

Rudy NAMUR

 

 

 

 

 

Publié le mercredi 2 mars 2016plus Lire la suite
Réforme du Code du Travail - Communiqué de presse de la section du Parti socialiste de l'Agglomération de Châlons-en-Champagne

Réforme du Code du travail

La section socialiste de l’agglomération de Châlons-en-Champagne, dans le sillage de nombreux responsables de gauche, s’inquiète du projet de loi présenté par Madame Myriam EL KHOMRI visant à modifier le code du travail. A l’image du 1er Secrétaire National du Parti socialiste qui s’est exprimé sur la question, en l’état ce texte n’est pas abouti et ne peut être voté.

Tout d’abord le texte n’étant pas encore définitif, un travail parlementaire serein devrait permettre de le faire évoluer. Nous espérons que le débat politique permettra de dégager un consensus entre ceux qui ne veulent rien faire, et ceux qui veulent tout défaire.

Ensuite l’importance de cette réforme, c’est son efficacité pour l’emploi, il faut une flexi-sécurité à la française, c'est-à-dire un équilibre entre la flexibilité et la sécurité de l’emploi. Flexibilité de l’emploi pour favoriser les embauches, sécurité de l’emploi pour accompagner les salariés

Enfin, pour l’heure, nous invitons Madame Myriam EL KHOMRI à prendre en compte les propositions des parlementaires socialistes notamment en donnant une plus grande importance dans le projet de loi au compte personnel d’activité et aux parcours sécurisés des salariés.  

Rudy NAMUR

Secrétaire de la section du Parti socialiste de l’agglomération châlonnaise

Publié le samedi 20 février 2016plus Lire la suite
Session plénière du Conseil départemental de la Marne Session plénière du Conseil départemental de la Marne

Discours de Dominique LEVEQUE – Président du groupe La Marne Demain

Session du Conseil départemental de la Marne du 21 janvier 2016

Monsieur le Président, Mes Chers Collègues,

Permettez-moi tout d’abord, Monsieur le Président, de vous présenter à mon tour et au nom du groupe « la Marne Demain » mes meilleurs vœux pour l’année 2016. En particulier, Monsieur le Président, des vœux de bonne santé s’accompagnant d’un rétablissement total !

Ces vœux s’adressent aussi et naturellement à l’ensemble des conseillers départementaux, aux personnes composant les services du département, ainsi bien-sûr qu’aux Marnaises et Marnais.

Si l’année 2015 a vu notre pays traverser des périodes dramatiques avec les attentats aussi gratuits qu’ignobles, notre Département n’a pas connu que des mauvaises nouvelles. C’est ainsi que la vendange 2015 a été de grande qualité et qu’apparemment, je le dis à la veille de la Saint-Vincent, les chiffres de vente de bouteilles de champagne devraient être en progression par rapport à 2014.

Et pour en venir au projet de Budget que vous nous proposez, Monsieur le Président, j’observe que les résultats de 2015 sont moins négatifs qu’escomptés.
C’est ainsi que s’agissant des recettes de DMTO (droits de mutation à titre onéreux) pour lesquels nous avions inscrit une recette de 54 M d’euros, ce sont 60,6 millions que nous aurons véritablement perçu.

De même pour les recettes de CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises), nous avions prévu un montant estimé à 63 173 481 et ce sont 65 millions que nous aurons réellement perçu.

Enfin, nous allons avoir un léger surcroit de recettes au niveau de la Taxe Foncière. 86 893 114 avaient été prévus et nous avons encaissé 87,4 millions d’euros.

Pour autant, Monsieur le Président, loin de moi l’idée de nier l’effet ciseau que nous connaissons en raison d’une part de l’accroissement de nos dépenses (je pense en particulier au RSA partiellement compensé mais on pourrait y ajouter, les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’A.P.A et l’APCH) et la baisse de nos recettes s’agissant en particulier de la Dotation Globale de Fonctionnement.

Il est de bon ton, Monsieur le Président et je constate d’ailleurs que vous n’échappez pas à cette mode, de mettre en cause la politique du Gouvernement visant à diminuer les dépenses publiques.

Mais il faut savoir ce que l’on veut : si nous voulons tendre au rétablissement de l’équilibre des finances publiques, cela suppose une diminution des dépenses ou bien laisser filer le déficit, mal dont nous souffrons depuis 1974, avec l’apparition de la première Crise Pétrolière.

J’observe d’ailleurs qu’au moment où nous entrons dans la primaire de la droite pas un de vos amis politiques n’a pris d’engagement de rétablissement de la DGF (Dotation globale de fonctionnement) au montant de 2013. Au contraire, il me semble que c’est plutôt des promesses de réduction encore plus drastiques du déficit – et donc une diminution des dépenses – que ceux-ci nous proposent en cas d’alternance.

Comme je l’ai dit lors du débat des orientations budgétaires, pour sortir de l’étau dans lequel nous sommes, il nous faut et c’est quelquefois plus difficile qu’il n’y parait, mettre en place toujours plus de mutualisation avec les départements voisins et la Grande Région, ainsi qu’avec le maximum de communes et de communauté de communes.

Peut-être aurions-nous pu être un peu moins prudent s’agissant de nos recettes 2016 de DMTO, de CVAE et de taxe sur le Foncier bâti. Ce qui nous aurait permis d’inscrire quelques millions d’euros supplémentaires. Mais gérant moi aussi une collectivité et pratiquant cette même prudence, je ne vous en tiendrais pas grief.
Il y aura lieu de constater le moment venu si nos prévisions n’étaient pas exagérément prudentes et de réintégrer d’éventuels suppléments de recettes lors du vote d’une décision modificative.

Il nous faut aussi être sans doute plus sélectif dans nos dépenses – j’y reviendrai – et examiner avec attention la proportion que vous nous faites d’augmenter la fiscalité sur le foncier bâti.

C’est vrai que notre taux est faible et on voit que cela nous a pénalisé par ailleurs. Sans doute aurait-il été plus pertinent de l’augmenter modérément dans les années qui viennent de s’écouler ? Mais il est vrai qu’il y avait quelques contraintes à agir dans ce sens, y compris dans votre majorité.

En l’état de notre réflexion, il semble au groupe que je préside que nous ne pouvons échapper à une augmentation du taux du foncier bâti. La hausse que vous proposez laissera encore notre Département parmi les moins imposés des départements français. Et donc, nous ne nous y opposerons pas, en sachant qu’à votre place, nous aurions fait sans doute la même proposition et que je ne suis certainement pas de ceux qui prônent une opposition qui se contenterait, parce qu’elle est l’opposition, de voter contre.

Il serait d’ailleurs utile si l’on veut travailler dans le sens de l’intérêt général que tout le monde, y compris à Paris au Parlement, s’inspire de cette façon de travailler.

Par contre, s’agissant du BP 2016, il nous semble Monsieur le Président, que certaines dépenses que vous nous proposez, méritent questionnement.

Sans m’arrêter particulièrement sur celle-ci, je note que la subvention à l’Association de soutien pour l’exercice des responsabilités départementales et locales apparait plus que contestable.

Mais d’autres dossiers sont nettement plus interpelant :
- Le million d’euros sur 5 ans que vous nous proposez de verser s’agissant du réseau Ferroviaire capilaire fret pose question. Nous avons perdu au terme de la loi NOTRe toute compétence en matière de transport et s’engager dans cette voie – si j’ose dire – apparait pour le moins contestable et susceptible de recours juridique même si l’intérêt de ce dossier n’est pas contestable !

- S’engager dans la rénovation du Collège Université pour un montant qui va défrayer la chronique (30 millions d’euros alors qu’un collège neuf nous coûte aux alentours de 15) et qui va s’étaler sur plusieurs années avec son inévitable lot de surprises (sans doute mauvaises) apparait aventureux. On me dit qu’il est trop tard pour reculer mais dans ce cas, pourquoi ne pas demander à l’agglo de Reims de prendre en charge une partie de cette dépense, elle qui bénéficie à titre positif du FPIC.

- Financer NEOMA Business School, continuer à financer Sciences-Po pour des montants aussi importants, apparaissent hors de proportion avec l’état de nos finances. S’engager à vue dans le financement du pôle santé de l’URCA alors que vous nous informé que le montant des investissements n’est pas encore véritablement connu, représente une aventure risquée, bien que ce dossier est d’un réel intérêt.
Tout cela représente ou représentera des dizaines de millions d’euros de dépense alors qu’au même moment nous continuons à réduire les subventions aux institutions qui nous sont proches comme l’ADT, le PNR ou le Lac du Der.

De même sur le dossier de Vatry, et je vous remercie d’avoir bien voulu convoquer à notre demande le Comité de Pilotage pour le 5 février prochain – il est urgent de s’engager dans un vrai programme de développement avec les autres Collectivités Territoriales. Je pense à la Région Grand-Est mais aussi aux agglomérations de notre Département qui ne doivent plus considérer seulement le Département comme un financeur potentiel d’opérations rémoises mais aussi et surtout comme un véritable partenaire de développement.

Il nous faut aussi convaincre nos amis aubois (département et Agglo de Troyes) de l’intérêt à terme du développement de notre plate-forme portuaire.

Des réponses, que vous nous apporterez ou que les commissions nous apporteront, dépendra notre position finale sur votre budget.

Merci Monsieur le Président, mes chers collègues de m’avoir prêté attention.

Dominique LEVEQUE
Président du groupe « la Marne Demain »
Conseiller Départemental

Publié le mardi 26 janvier 2016plus Lire la suite
Le rassemblement des socialistes châlonnais en marche! Le rassemblement des socialistes châlonnais en marche! Publié le mardi 26 janvier 2016plus Lire la suite
Débat d'orientations budgétaires - Conseil départemental de la Marne Débat d'orientations budgétaires - Conseil départemental de la Marne

Lors du débat d'orientations budgétaires du Conseil départemental de la Marne, Dominique LEVEQUE, Président du groupe La Marne Demain (groupe socialiste, écologistes et républicains) a exprimé notre point vue sur le budget préparé par le Président du Conseil Départemental.

"Je voudrais en premier lieu remercier les services  du Département pour la qualité des documents fournis et leur exhaustivité.

Les tendances qui se dégagent montrent à l’évidence l’effet ciseau auquel nous sommes confrontés :

D’une part une montée significative de nos charges qui ne sont pas compensées par les transferts financiers de l’Etat. Ce mouvement est ancien, et s’accroit depuis de nombreuses années.

D’autre part, des recettes en diminution de manière sensible notamment en ce qui concerne la DGF.

Sans doute pourrait-on rechercher une partie de ce mécanisme dans la politique menée depuis de nombreuses année par le Département et dont nous sommes tous comptables, à savoir le maintien d’une fiscalité particulièrement faible et qui aujourd’hui se révèle pénalisante sur le plan financier.

Sans doute, notamment pour l’exercice 2016 et bien-sûr les suivants, pouvons-nous considérer que l’estimation des recettes est exagérément prudente. Entre DMTO et CVAE, on peut tabler  sur une recette supplémentaire de 5 M d’euros, ce qui n’est donc pas l’épaisseur du trait, et les modifications du régime des amortissements devraient aussi pouvoir nous donner quelques marges de manœuvre.

Il reste que même en étant un peu plus optimiste, l’effet ciseau est toujours là et qu’il nous appartient, mes chers collègues, d’essayer de desserrer, en attendant la nécessaire réforme du financement de départements par les pouvoirs publics, les pinces de l’étau qui se referment sur nous.

Toutes les pistes que vous avez évoquées sont sans doute bonnes à travailler. Vos commissions ont par ailleurs fait des propositions. Nous y ajoutons les suivantes :

  • Recherche de la mutualisation de certaines dépenses avec les départements voisins et sans doute aussi avec la Grande Région et les grandes agglo.
  • Nous recentrer sur les compétences que nous a données la loi NOTRe tout en priorisant, en supprimant et en étalant certaines dépenses qui peuvent apparaitre comme disproportionnées dans les temps que nous connaissons !
  • Encourager la  création de communes nouvelles, la mutualisation de certains marchés avec les communes de façon à leur faire bénéficier d’économies, ce qui permettra de mieux centrer nos aides aux investissements de celles-ci.

S’agissant, Monsieur le Président, de la gouvernance de Vatry et avant  notre réunion de lundi prochain, tout en saluant la bonne nouvelle de la Compagnie 3A, nous vous encourageons à, si j’ose m’exprimer ainsi, à pousser les feux car le temps presse de plus en plus !

 Voilà, Monsieur le Président, ce que notre groupe voulait vous exprimer au moment de ce débat d’orientations budgétaires."

 

Publié le mercredi 16 décembre 2015plus Lire la suite
Les socialistes de châlonnais veulent peser dans les débats municipaux Les socialistes de châlonnais veulent peser dans les débats municipaux Publié le lundi 23 novembre 2015plus Lire la suite
L'Unité face à la barbarie L'Unité face à la barbarie

Message du groupe socialiste lors du Conseil municipal de Châlons-en-Champagne du 19 novembre 2015 au sujet des attentats qui ont touchés notre pays vendredi 13 novembre 2015

L'Unité face à la barbarie !

Au nom de notre groupe municipal «  Un nouveau souffle pour Châlons » je tiens à prendre ici la parole dans cette auguste assemblée car la parole est une aide souvent utile non pas seulement pour dire mais aussi pour soigner les maux auxquels elle succède hélas. Il faut parler de ce qui s'est passé depuis vendredi 13 novembre 2015 à Paris non pas pour seulement redire notre sidération et notre effroi devant ces crimes inqualifiables qui ont hélas ensanglanté notre Capitale mais surtout pour dire que ces attentats nous ont atteints, tous et toutes , dans notre âme et dans nos corps. Il faut le dire.

Les morts victimes de ces odieux attentats doivent rester dans notre souvenir le plus cher, nous aussi, survivants de ce drame, nous nous devons de prendre conscience de nous aussi comme des êtres agressés, meurtris, violentés. Nous fûmes tous et toutes victimes de ces assassinats lâches et odieux, en tuant nos jeunes compatriotes, les criminels ont tenté de nous tuer aussi. Nous sommes en deuil, tous et toutes, nous souffrons, nous avons souffert et nous souffrirons hélas encore tant ces crimes ne s'arrêteront pas si vite que d'aucuns bonimenteurs nous en laissent accroire.. Je ne vous parlerai pas de la détresse profonde de nos jeunes, de nos jeunes lycéens, de nos jeunes étudiants qui se posent désormais dans les plus vives angoisses des questions existentielles et envers qui nous avons des devoirs impérieux, parmi lesquels le premier est de les consoler, de les aider à penser, de leur permettre de reprendre le sens de l'espérance.

J'ose ici croire que nul ne songe à s'en affranchir, nous sommes responsables de notre jeunesse donc de la démocratie dont nous sommes toujours les acteurs parmi les plus engagés. J'ose croire que nulle diatribe, nulle véhémence, nulle exploitation démagogique ne verra le jour dans cette enceinte. Nul réquisitoire, nulle mise en accusation, nulle invective : le temps à partager ensemble est un temps de deuil, de recueillement, de guérison pour toute la Nation heurtée, blessée par des mains criminels. Soyons dignes, non pas seulement pour nous-mêmes mais pour ceux  et celles dont nous avons la charge. Nous devons prendre aujourd'hui la mesure de l'ampleur de cette souffrance infligée à la Nation toute entière et de ce que nous avons du travail pour en atténuer les symptômes, les plaies, les traumatismes. Nous avons du travail, au lieu de polémiquer comme des animaux enragés, notre travail consiste à prendre le temps d'expliquer pourquoi nous souffrons tous, pourquoi nous souffrirons encore et pourquoi nous allons guérir ensemble. Il convient qu'ici à Châlons chacun mesure bien qu'il est responsable de tous les autres et que nos blessures affectives, psychologiques ne s'estomperont qu'unis, dans le respect, la confiance  l'amour et la recherche de la vérité et de la justice. C'est le temps du deuil, c'est important, c'est fondamental pour reprendre le goût de vivre , de vivre ensemble, en nous aimant les uns les autres. Je sais que peut-être certains sourient et raillent mais la République c'est aussi et d'abord l'amour de soi et des autres, le respect de soi et des autres, la construction de soi et des autres. Bref notre République meurtrie reste à bâtir. Si nous ne savions pas en être dignes, nous serions maudits, misérables et peu différents de nos agresseurs. Pour que les blessures silencieuses s'estompent, il nous faut nous consoler, nous aimer, nous unir. Sinon nos agresseurs auront gagné. Ce n'est que le temps sacré du deuil, des hommages et de la compassion active qui donne sens au monde des vivants. Si nous n'en étions pas à la hauteur, nous ne mériterions pas d'être écoutés par nos compatriotes, les jeunes et les moins jeunes, qui vous le savez se détournent souvent de la chose publique pour moins que ça. Soyons dignes enfin de ceux et de celles  qui ne revivront que dans nos coeurs , soyons dignes des survivants qui vivent  la souffrance et des incompréhensions dans leurs coeurs, soyons unis, non pas comme des moutons bêlants mais comme des frères et soeurs d'une République qui apaise, qui nourrit, qui fortifie et qui console .

Après ce temps long où il nous faudra être patient, prudent, respectueux et utiles à l'affermissement du sentiment républicain, viendra le temps de la justice et de la punition. Rendons hommages à nos morts, glorifions ceux et celles qui luttent pour le bien commun chaque jour à leurs risques et périls, consolons ceux qui souffrent et guérissons cette souffrance par des mots et des actions d'amour. La République c'est aussi l'amour profond de ses prochains, de ses compatriotes. Malheur à ceux qui diviseront, qui aboieront, qui fulmineront : ils seront dans l'erreur. L'union des coeurs et la concorde des esprits relèveront notre Nation martyrisée plus sûrement que des mots stériles, des paroles accusatrices, des postures d' accusateur public. «  Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » comme aimait à le dire Jean de la Fontaine. Humilité, compassion, deuil .

Après , c'est une autre histoire , mais  elle n'a pas sa place ici, pas maintenant. Sachons nous aimer et nous rendrons la République invincible, ici et maintenant et pour toujours , tant que le souffle du peuple de France irriguera son coeur. De grâce chers et chères collègues, soyons dignes, je sais pouvoir compter en vous sur cette humanité qui nous honore et qui nous lie aux défunts. Honorons nos défunts, vivons dignes et aimons nous. Les échéances électorales ne sont que misère et vanité. Nos 130 morts nous regardent .

 

Je vous remercie de votre écoute.

Rudy NAMUR - Carole JOUSSIER - Alain GOZE - Philippe COMBY - Martine THIBERT

 

Discours écrit et lu par Philippe COMBY

Publié le jeudi 19 novembre 2015plus Lire la suite
En deuil... En deuil... Publié le samedi 14 novembre 2015plus Lire la suite
Rivière en eaux vives la CAC se retire... et ce n'est pas une surprise Rivière en eaux vives la CAC se retire... et ce n'est pas une surprise

 

C’est par l’intermédiaire d’un article paru dans le journal l’Union du 26 octobre 2015, titré : « L’Agglomération se retire du projet rivière d’eau vive au Jards » que nous avons appris que la Communauté d’Agglomération de Cités en Champagne (CAC) se désengageait de ce projet, impulsé par la Ville de Châlons-en-Champagne.

Bien que ce dossier n’ait pas fait l’objet d’une communication en commission des finances, ni en conseil communautaire de la CAC, le retrait de celle-ci du projet n’est pas une surprise pour nous.

En effet, il suffit d’analyser la prospective financière élaborée dans le cadre du Débat d’Orientations Budgétaires (DOB) pour 2016 qui sera organisé lors du prochain communautaire le 12 novembre 2015, pour vérifier que la CAC n’a pas les moyens financiers pour investir dans tous les projets qui lui sont présentés.

 Cette prospective financière, démontre que le budget de la CAC sera en épargne négative à partir de 2018.

C’est le chemin que nous prenons, si rien n’est fait pour ajuster les dépenses d’investissements à nos capacités financières, maintenir un niveau d’endettement supportable pour nos finances publiques en fonction des emprunts indispensables à faire pour soutenir les projets du CRSD, de l’ANRU (réhabilitation du Verbeau), la requalification urbaine et intermodale du pôle de la gare de Châlons-en-Champagne….

Il devient donc impératif pour la CAC de faire des choix et de dégager des priorités pour les investissements à réaliser dans la période 2015/2020.

En ce qui concerne le projet de « rivière d’eau vive » présenté par le maire de Châlons-en-Champagne, qui peut avoir un effet d’attractivité sur notre territoire, notre groupe a pris position pour le soutenir en son temps, dès lors que se vérifiait sa faisabilité économique.

Nous continuerons, malgré le désengagement de la CAC, à soutenir ce projet si la faisabilité économique notamment avec l’installation d’une micro centrale électrique se vérifie dans l’étude en cours de réalisation.

Nous pensons que le Maire de Châlons-en-Champagne dispose d’un carnet d’adresses suffisamment étoffé et des relations nécessaires pour trouver des investisseurs qui pallieront facilement au retrait de la CAC du projet.

Il est tout fait possible aussi que la nouvelle SEM Energie qui vient d’être créée par la Ville et la CAC puisse s’inscrire dans ce projet.

N’est-il pas question, en effet, de rentabiliser le projet par les ressources dégagées par la production d’énergie d’électricité produite par l’eau ?

 

Groupe socialiste et apparentés du Conseil municipal de Châlons-en-Champagne

Publié le jeudi 29 octobre 2015plus Lire la suite
Réforme intercommunale, vers une fusion Châlons - Reims? Réforme intercommunale, vers une fusion Châlons - Reims?

Le projet de loi vise à renforcer les intercommunalités. Ces dernières devront être plus grandes, 15 000 habitants au lieu de 5 000 actuellement. La constitution d’établissements publics de coopération intercommunale (EPCI Etablissement public de coopération intercommunale) de plus de 15 000 habitants s’inscrit dans la perspective de créer deux grands niveaux d’intervention locale : le niveau intercommunal et le niveau régional.

Au 1er janvier 2017, les intercommunalités devront compter au moins 15 000 habitants et être organisées autour de bassins de vie. Parallèlement, le projet de loi poursuit l’objectif d’une diminution du nombre de syndicats intercommunaux au profit d’EPCI à fiscalité propre. Afin que ces opérations soient terminées au 31 décembre 2016, le projet de loi met en place une procédure dérogatoire au droit commun qui permet au préfet de créer, modifier le périmètre ou fusionner tout établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

En application des dispositions des articles 33, 35, et 40 de la loi n°2015-991 du 7 août 2015 la procédure visant à mettre en œuvre la nouvelle carte intercommunale du Département de la Marne a débuté le 17 septembre dernier. Département où près de 83% des EPCI n'atteignent pas ce seuil minimal. Ainsi lors de cette réunion le Préfet de Région a annoncé ses objectifs: fusionner Châlons et Reims, ainsi qu'Aÿ et Epernay, et tout le Sud-Ouest du Departement.

Cette nouvelle carte intercommunale intervient dans un contexte particulier dans la Marne, et plus particulièrement sur le territoire châlonnais. En effet, la ville de Châlons-en-Champagne vient de connaître de multiples modifications de grande ampleur à l’échelle du territoire.

En premier lieu, la présente carte intercommunale, applicable depuis le 1er janvier 2014, commence tout juste à trouver ses marques, taux d’imposition, intégration plus ou moins importante, nouvelles compétences. La Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne est ainsi passée de 14 communes à 38, et de 66 405 habitants à 72 902 habitants ;

En second lieu, les dissolutions du 1er Régiment d’Artillerie de la Marine, ainsi que de l’Etat-Major de la 1ère Brigade Mécanisée et de sa compagnie de commandement et des transmissions, entraînant la suppression en emplois directs de 1 003 postes militaires. La nouvelle carte militaire occasionne pour le territoire châlonnais une perte de 1952 habitants, engendrant un manque à gagner indiscutable pour notre économie. Même si je reconnais l’effort financier important de l’Etat porté à 30 millions d’euros dans le cadre du Contrat de Redynamisation du Site de Défense (CRSD), et plus de 924 millions d’euros de cofinancements liés au contrat de plan Etat – Région. Ces aides, j’en suis convaincu, devraient permettre de mettre sur les rails un nouveau modèle économique pour Châlons-en-Champagne et son territoire ;

En dernier lieu, la fusion des Régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne engendrant le départ de la Préfecture de Région à Strasbourg et la suppression d’un grand nombre d’administrations régionales de l’Etat ou de hauts fonctionnaires à Châlons-en-Champagne.

Je pense que les châlonnais sont perdus et s’interrogent par toutes ces réformes qui impactent leur quotidien, c’est pourquoi la future carte intercommunale et son délai d’application doivent prendre en compte le caractère exceptionnel de notre territoire.

Un premier conseil des maires de l’agglomération châlonnaise s’est réuni le 7 septembre dernier, ce conseil s’est prononcé pour un objectif clair : opérer un rapprochement des agglomérations rémoise et châlonnaise dans un délai raisonnable, éventuellement au sein d’une communauté urbaine.

Pourquoi un délai raisonnable, car je sais que le Préfet de Région a pour feuille de route la construction d’une communauté urbaine fusionnant les agglomérations châlonnaise et rémoise dans un temps à notre avis bien trop rapide.

Pour ma part, je suis du même avis que Bruno BOURG-BROC, Président l’agglomération châlonnaise, le sens de l’histoire ira probablement vers cette fusion, mais des étapes sont nécessaires avant de l’envisager sereinement, c’est pourquoi je souhaite que nous ayons la possibilité de déroger au calendrier imposé par la loi. Ainsi, nous aurions toute latitude, d’ici 2018, pour planifier les étapes nécessaires à la création d’une future communauté urbaine ou d’une Communauté d’Agglomération qui correspondrait mieux aux équilibres territoriaux du Département de la Marne. Cette possibilité nous laisserait le temps d’évaluer les forces et faiblesses de cette nouvelle intercommunalité, de régler les problèmes qui se poseront nécessairement, et d’apprendre à travailler avec nos partenaires.

Dans son intervention lors du conseil des maires le Président de la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne demandait « un temps pour les fiançailles avant le mariage », cette idée reflète majoritairement la position des acteurs politiques et économiques locaux.

Au contraire des élus rémois rencontrés lors d'une réunion des exécutifs samedi dernier, où eux affichent tous une volonté de fusionner au plus vite avec Châlons, tout comme Monsieur le Maire de Châlons-en-Champagne souhaite fusionner au plus vite avec Reims.

Pour autant de nombreuses questions se posent, fusionner pour faire  quoi? Sur quels projets pour les habitants? Quelle gouvernance? Sommes-nous obliger d'institutionnaliser le travail en commun avec Reims? Quelle fiscalité? qu'en pense la population (je vous invite à répondre au sondage du journal l'Union http://www.lunion.com/564331/article/2015-10-05/sondage-pour-ou-contre-le-rapprochement-de-reims-et-chalons-au-sein-d-une-commun)?

Le dossier est loin d'être clos, plus nous avançons plus les questions sont nombreuses…la suite le 12 octobre 2015 avec la prochaine Commission Départemental de Coopération Intercommunal où Monsieur le Préfet va présenter son projet de carte...à suivre.

 

Publié le mardi 6 octobre 2015plus Lire la suite
Carlos DA SILVA - Député de l'Essonne - Visite lors de la Foire de Châlons-en-Champagne Carlos DA SILVA - Député de l'Essonne - Visite lors de la Foire de Châlons-en-Champagne

 

Carlos DA SILVA - Député de l'Essonne - Secrétaire national du Parti socialiste en charge des Fédération, m'a fait l'amitié de venir nous rendre visite jeudi 03 septembre lors de la 69 ème Foire de Châlons-en-Champagne.

En compagnie de nombreux membres de mon équipe, de Dominique DETERM et Alain BIAUX, nous avons rencontré de nombreux acteurs du territoire châlonnais. Ainsi, nous avons échangé avec Jean-Paul BACHY - Président de la Région Champagne-Ardenne sur le nécessaire équilibre territorial à construire dans la futur Région Grand Est, avec Michel GOBILLOT - Président de la CCI au sujet de l'aéroport de Vatry, Bruno FORGET – Commissaire Général de la Foire avec lequel il a été question de l’engagement des hommes pour notre territoire, René-Paul SAVARY – Président du Conseil Départemental de la Marne et Sénateur avec lequel il a été question des atouts de nos territoires marnais. Pour finir nous avons rendu visite aux centres de formation d’apprentis qui réalisaient de multiples animations.


 

 

Publié le jeudi 3 septembre 2015plus Lire la suite
Séminaire des élus - Intervention de Manuel VALLS à La Rochelle

Mesdames, messieurs les ministres,
Monsieur le président, cher Pierre COHEN,
Mesdames, messieurs les élus,

Chers amis,
Je souhaite, d’abord, vous remercier pour votre accueil dans le cadre de votre traditionnel séminaire annuel. Disons que j’en suis désormais … un habitué. J’y ai souvent participé comme maire et président d’agglomération … Mais c’est aussi la deuxième fois que je viens comme Premier ministre. Je crois que c’est sans précédent …

Sans précédent mais … sans surprise. Vous savez combien j’apprécie ces moments de dialogue, d’échanges, de débat. Des moments qui sont au coeur de ma méthode. Car c’est ma conviction : il ne peut y avoir de réformes qui s’inscrivent dans le temps – et nous avons connu par le passé trop de « réformettes » – sans une écoute préalable, sans une prise en compte de l’ensemble des points de vue. Ce qui ne doit pas empêcher, le moment venu, d’avancer.
Gouverner – et vous tous le savez dans vos responsabilités – c’est écouter. C’est aussi décider. C’est ce que les Français attendent de nous : du volontarisme. Et de la cohérence, de la constance dans nos choix. C’est la condition pour obtenir des résultats et répondre aux défis de notre temps. Ils sont nombreux.
Le premier d’entre eux, c’est bien sûr la menace terroriste. Disons-le clairement : nous sommes en guerre contre le djihadisme, contre un ennemi intérieur et extérieur qui n’a de cesse de faire évoluer ses modes opératoires – les événements du Thalys en ont été une nouvelle démonstration. Face à cela, nous devons faire preuve de la plus grande vigilance, et de la plus grande détermination. Tout est mis en oeuvre sur l’ensemble du territoire pour protéger nos concitoyens. Mais nous devons aussi aux Français cette vérité : la lutte sera de longue haleine. Elle nous mettra à rude épreuve.
Le deuxième défi, c’est le redressement de notre économie. Nous devons poursuivre notre action pour la compétitivité, la croissance, l’emploi. Poursuivre les baisses d’impôts des Français, qui bénéficient déjà à 9 millions de ménages. Nous devons apporter aussi des réponses aux secteurs qui connaissent des difficultés. Je pense bien-sûr à nos agriculteurs, à la crise de l’élevage et de la filière porcine. J’aurai l’occasion à nouveau de m’exprimer sur ces sujets dès demain lors de l’inauguration de la Foire de Châlons.
Enfin, plus que jamais, nous devons agir pour renforcer notre cohésion. La France est traversée par de trop nombreuses fractures sociales, culturelles, territoriales. Il y a – nous tous ici le savons bien – ce sentiment d’abandon, de relégation qui s’exprime dans nos campagnes, dans nos communes petites et moyennes, nos quartiers. A tout cela, il faut apporter des réponses concrètes, qui soient visibles dans le quotidien de nos compatriotes.

I. La réforme territoriale : rendre nos territoires plus forts pour l’avenir

Depuis ma dernière intervention devant vous, il y a un an, le rythme des réformes n’a pas faibli. Parmi elles, il en est une dont on parlait depuis des années, sans jamais que les actes ne viennent prolonger les paroles.
Cette fameuse réforme territoriale, avec le Président de la République, avec cette majorité, avec les élus locaux, nous l’avons prise à bras le corps. Bien sûr, rien n’était facile. Le chantier semblait immense, insurmontable, voire imprudent car bousculant les habitudes. Eh bien, nous l’avons fait ! Et ce, en un temps record.
Aujourd’hui, nous pouvons le dire avec fierté : c’est une nouvelle France des territoires qui se dessine, qui prend toute son ampleur !
Déjà, au 1er janvier dernier, onze métropoles ont été créées, aux côtés de celle de Nice, qui existait déjà : Bordeaux, Toulouse, Nantes, Rennes, Brest, Lille, Rouen, Grenoble, Strasbourg, Montpellier – et Lyon, qui expérimente une forme de collectivité territoriale innovante pour simplifier l’organisation locale. Je sais, cher Pierre COHEN, que tu as beaucoup oeuvré pour ce premier volet de la réforme territoriale.
Au 1er janvier 2016, dans quelques mois donc, suivront les métropoles du Grand Paris et d’Aix-Marseille-Provence.
Ce 1er janvier prochain marquera aussi la naissance des 13 grandes régions métropolitaines, aux côtés de celles d’Outre-mer.
Nous avons également fait un grand pas vers la clarification des compétences – c’est-à-dire vers plus d’efficacité des politiques publiques – avec la loi NOTRe, portée par Marylise LEBRANCHU et André VALLINI.
Cette réforme territoriale, c’est une grande avancée pour notre pays. J’avais tendu la main au Président LARCHER pour que le Gouvernement, le Sénat, l’Assemblée nationale, dessinent ensemble un accord transpartisan, un accord durable. Il a accepté de la saisir ; cet accord a aussi été rendu possible par le travail accompli par les rapports Olivier Dussopt et René Vandierendonck que je salue.
La réforme territoriale, c’est aussi un acte de confiance dans la décentralisation. Une décentralisation que la gauche socialiste, républicaine, a toujours su porter, en défendant cet équilibre entre un Etat garant de notre unité, et des collectivités territoriales agissant au plus proche des attentes quotidiennes.
Cette décentralisation, il fallait la poursuivre, l’approfondir, l’adapter à notre époque.
Nous avons agi avec le souci d’une cohérence d’ensemble, car il n’y a pas d’un côté les projets, et de l’autre les institutions. Il y a notre pays, nos collectivités, dont il faut assurer le développement et garantir la cohésion. Nous avons donc agi sur trois plans :

  • Tout d’abord, la réforme de nos institutions afin de clarifier et de simplifier.
  • Ensuite, le financement commun des projets afin de construire l’avenir.
  • Enfin, troisième plan : la mise en place de politiques spécifiques s’adressant aux territoires les plus vulnérables, et notamment les territoires ruraux.

Je vais donc développer ces trois points, en commençant par la question des compétences.

II. Des compétences clarifiées et renforcées

Au fil des mois et des débats, nous avons eu une seule ligne de conduite : bâtir une nouvelle France des territoires, c’est recentrer et renforcer chaque échelon.
D’abord, les 13 grandes régions. La nouvelle carte correspond à des territoires cohérents, mieux armés pour leur développement économique, leur attractivité, et mieux à même d’agir pour l’aménagement et la cohésion territoriale.
Les départements se recentrent quant à eux sur leur mission principale : la solidarité. La solidarité avec nos concitoyens les plus fragiles. La solidarité, aussi, avec les territoires, avec les communes, si importante dans le monde rural.
Les communes, institution incontournable, à laquelle nos concitoyens sont attachés, resteront un gage de proximité et d’écoute. Elles conservent la clause de compétence générale et ont dorénavant la possibilité de créer des communes nouvelles en unissant leurs forces. Une possibilité qui connaît d’ailleurs un réel succès, preuve que les communes ont de l’avenir !
Prolongement des communes, les intercommunalités vont monter en puissance, avec un seuil à 15 000 habitants qui sera adapté aux spécificités locales pour les zones de montagne et les territoires à faible densité.
Le débat parlementaire a permis de supprimer des points ayant soulevé des inquiétudes, comme l’élection au suffrage universel direct des intercommunalités, sachant que nous avons déjà accompli de grands progrès démocratiques, avec le système du fléchage mis en oeuvre lors des dernières élections municipales.
La gauche a toujours défendu et fait progresser l’intercommunalité, car elle permet de faire à plusieurs, ce qu’il est beaucoup plus dur de faire seul. Au final, ce sont les habitants qui sont gagnants : meilleurs équipements, meilleures infrastructures, meilleurs services publics de proximité. Et parmi ces intercommunalités, les quatorze métropoles, avec le Grand Paris et Aix-Marseille-Provence, permettront à l’ensemble du territoire national d’être organisé et animé par de grands pôles urbains, capables d’entraîner leurs périphéries.
Les métropoles ont, en effet, ce devoir de solidarité envers les territoires péri-urbains et ruraux qui les entourent. Elles ont aussi un rôle déterminant de protection et d’insertion des populations les plus fragiles, en leur offrant un accès facilité à l’emploi, aux services publics, à la culture.
Régions, départements, communes et intercommunalités : chacun des échelons a été recentré et renforcé sur ses compétences. Cette clarification s’accompagne de ces grandes avancées pour notre démocratie que sont la fin du cumul des mandats et le renforcement de la parité.
Elle s’accompagne également d’une évolution de l’administration territoriale de l’Etat. C’était une question de cohérence ! L’une ne pouvait aller sans l’autre ! L’Etat dans les territoires doit gagner en efficacité – c’est-à-dire la bonne gestion de l’argent public – et en lisibilité de son action. Là encore, il faut redéfinir les missions de chaque échelon : la stratégie pour l’échelon régional ; la proximité et la réactivité pour les services départementaux.
Il est important que cette évolution, au travers des implantations des services de l’Etat, respecte – et nous avons été particulièrement vigilants – les grands équilibres des territoires tout en apportant les garanties nécessaires aux agents publics.
Cette réforme territoriale, c’est donc tout le contraire du « démantèlement de l’action publique locale » ou encore de « la consécration des seules métropoles » qu’ont pu relayer les critiques.
Non, en faisant le choix de l’efficacité et de la complémentarité, cette nouvelle France des territoires donne à nos collectivités les moyens de toujours mieux répondre aux attentes des habitants.

III. Soutenir l’investissement dans les territoires

J’entends vos inquiétudes, vos incompréhensions parfois, sur l’effort budgétaire demandé aux collectivités locales. Je sais que vous avez consacré un atelier à ces questions ce matin.
Et effectivement, c’est un effort important qui vous est demandé, tout comme à l’Etat et à la Sécurité sociale. Mais c’est un effort nécessaire, un enjeu de souveraineté. Laisser filer la dette, souscrire aux mauvais réflexes d’hier, c’est faire le choix de la dépendance et, à terme, celui du déclin. Nous le refusons. C’est pourquoi, depuis 2012, nous restaurons nos comptes publics quand la majorité précédente, elle, n’a cessé de les dégrader.
Et quand j’entends l’ancien Premier ministre François Fillon préconiser une baisse de la dépense publique de 110 milliards d’euros sur cinq ans, peut-on imaginer que cela puisse se faire sans que cela ne demande des coupes brutales dans les budgets des collectivités locales ?
La droite a fragilisé les finances locales avec la réforme de la taxe professionnelle en 2010 dont vous supportez encore aujourd’hui les conséquences !
Alors ne faisons pas le jeu de la droite par des appels conjoints à la mobilisation du 19 septembre prochain. L’effort que nous demandons aux collectivités est important, mais il est aussi une contribution à la baisse des impôts des Français.
Toutefois, nous devons donner un nouvel élan à l’investissement public local car, si les économies de fonctionnement sont nécessaires pour tous les acteurs, les territoires doivent pouvoir investir pour la croissance. Et je comprends votre frustration quand des projets doivent être reportés. J’entends aussi les inquiétudes des PME, des artisans, qui craignent un repli de la commande publique.
Nous avons déjà pris des décisions – qui commencent à porter leurs fruits – pour soutenir la trésorerie des collectivités locales avec, par exemple, la possibilité offerte par la caisse des dépôts de préfinancer le fonds de compensation de la TVA. J’ai aussi décidé d’augmenter la dotation d’équipement des territoires ruraux d’un tiers l’an dernier. Il faut aller plus loin.
Avec le Président de la République, nous avons donc décidé de créer un fonds doté d’un milliard d’euros pour soutenir les projets portées par les communes et les intercommunalités. Il figurera dans la loi de finances pour 2016.
Je souhaite poursuivre la discussion avec l’Association des maires de France, avec les associations d’élus, pour préciser ensemble la répartition de ces crédits nouveaux qui doivent servir à soutenir des projets prioritaires en attente de financement. Une enveloppe pourrait ainsi être dédiée à de grandes priorités définies en commun, comme la transition énergétique, le numérique et la construction de logements.
Je propose également d’élargir les dépenses éligibles au fonds de compensation de la TVA – FCTVA. Les dépenses d’entretien des bâtiments publics pourraient désormais bénéficier de ce remboursement de TVA, ce qui permettra de soutenir les communes qui investissent pour sauvegarder notre patrimoine.
Je souhaite aussi qu’une enveloppe soit consacrée aux territoires les plus fragiles, notamment aux villes petites et moyennes, aux bourgs-centres, qui sont confrontés à des difficultés pour maintenir le cadre de vie et l’accès aux services de la population. En 2013, le Gouvernement avait lancé un appel à manifestation d’intérêt pour le soutien et le développement des bourgs-centres. Il permet aujourd’hui d’accompagner 54 bourgs de moins de 10 000 habitants. Je souhaite que ce programme puisse bénéficier à de nouveaux territoires.
C’est donc un effort conséquent que l’Etat fera pour soutenir les collectivités locales ! Il s’accompagnera de mesures de simplification des normes comptables applicables aux communes et intercommunalités, ce qui répond à une demande de nombreux élus. Ceci dégagera dans les budgets locaux de nouvelles marges d’action.
Ces mesures, qui seront proposées dans le projet de loi de finances pour 2016, soutiendront vos projets. Elles viendront compléter et renforcer l’effort d’investissement que nous réalisons dans le cadre des contrats de plan Etat-Régions. En tout, avec les financements des collectivités locales, 25 milliards d’euros seront mobilisés pour les six prochaines années. L’Etat y consacrera 12,5 milliards d’euros.
Demain, à Châlons-en-Champagne, j’achèverai la signature des CPER – il ne restera que celui de la Corse à signer. J’ai tenu à les signer personnellement avec chacun des présidents de région et je veux ici saluer la mobilisation des régions, de l’ensemble des collectivités, pour faire de cette génération de contrats de plan un outil au service de la croissance, de l’innovation et de l’emploi. Ils sont le symbole du nouveau partenariat que j’ai voulu entre l’Etat et les collectivités locales.
Mais pour que toutes les collectivités aient les moyens de se développer, il faut aussi plus de justice, plus de solidarité entre les territoires. C’est ce que nous faisons avec la péréquation.
Si nous voulons plus de justice, nous devons aussi regarder en face les inégalités qui résultent parfois du poids du passé. C’est ce qu’a fait Christine PIRES-BEAUNE dans son rapport sur la réforme de la dotation globale de fonctionnement, rendu public à la fin du mois de juillet. Ce travail remarquable a mis en évidence les inégalités de répartition des dotations entre les communes de tailles différentes, mais aussi entre des communes aux caractéristiques similaires. Le comité des finances locales, présidé par André LAIGNEL, a travaillé avec le Gouvernement pour dessiner les contours d’une DGF plus lisible et plus juste. En cette rentrée, je souhaite poursuivre le dialogue engagé avec le comité des finances locales et les associations d’élus, pour inscrire la réforme de la DGF dans le projet de loi de finances pour 2016.

IV. Remettre nos territoires fragilisés au coeur du pacte républicain

Enfin, chers amis,
Donner à tous les territoires les capacités d’agir, c’est répondre à ce sentiment qu’ont certains, en particulier dans les territoires ruraux, péri-urbains, nos quartiers, de vivre à l’écart du destin national ; ce sentiment que les services publics disparaissent, que l’Etat n’est plus là. Ce sentiment, c’est un ressort puissant pour les populismes. Nous savons tous qu’il a pesé lors des échéances électorales difficiles que nous avons connues cette année. Et ce sera un enjeu majeur lors des élections régionales de décembre.
Notre combat, à nous, socialistes, à nous, républicains, c’est de traduire en actes cette belle promesse d’égalité qui fonde notre République !
C’est l’objet d’un comité interministériel sur les ruralités que j’ai réuni en mars dernier. Le gouvernement a décidé de mesures très concrètes.
Nous renforçons, d’abord, l’accès aux services publics. D’ici fin 2016, grâce à un partenariat avec La Poste, nous déploierons 1000 « maisons de services au public », qui regroupent dans un même endroit différents organismes – Pôle emploi, la CAF, EDF-GDF,… C’est une vraie simplification de la vie des usagers.
Et nous voulons également améliorer l’accès de tous les citoyens à des soins de santé, en luttant contre les déserts médicaux. 200 maisons de santé supplémentaires verront le jour et réuniront des médecins de plusieurs spécialités. Et nous verserons 1800 bourses à des jeunes praticiens pour les inciter à s’installer dans les territoires ruraux.
Nous nous donnons également comme objectifs de déployer le Très Haut Débit sur l’ensemble du territoire d’ici 2022 – et je voudrais saluer la remarquable implication des collectivités locales – et de couvrir l’ensemble des communes de France en 3G d’ici la fin de l’année 2016. Car il est insupportable de payer un abonnement de téléphonie mobile sans avoir de réseau chez soi. Et quel handicap, pour une collectivité, si les entreprises choisissent de s’implanter ailleurs faute d’un accès à Internet satisfaisant !
Enfin, grâce à un partenariat entre l’Etat et les collectivités territoriales, les effectifs d’instituteurs en maternelle et primaire en zone rurale seront stabilisés.
Les attentes de nos concitoyens sont importantes et la mobilisation du Gouvernement ne faiblira pas. Avec le Président de la République, nous réunirons dans les prochaines semaines un nouveau comité interministériel pour faire le point sur l’entrée en vigueur de ces premières mesures – et en proposer de nouvelles. Nous réunirons aussi un comité sur les difficultés de nos territoires d’Outre-mer.
Le combat pour l’égalité, c’est aussi celui que nous menons pour nos quartiers.
Nous avons refondu la politique de la ville, en la rendant plus lisible et plus efficace. Plus juste aussi, car sa nouvelle géographie – qui repose sur le critère du revenu des habitants – est une géographie qui prend mieux en compte les difficultés sociales. 400 contrats de ville sont en cours de signature ; les deux tiers ont d’ores-et-déjà été conclus, grâce à l’engagement des collectivités locales. Ils recentrent notre action sur les enjeux majeurs : la sécurité, l’emploi, la santé.
Le Comité interministériel pour l’égalité et la citoyenneté tenu en février dernier a amplifié ces actions, avec des mesures pour la mixité sociale, l’éducation, l’insertion de la jeunesse, la lutte contre les discriminations. Là encore, dès l’automne, nous irons plus loin en prenant de nouvelles décisions.

Chers amis,
Réformer notre pays, redonner à la France les moyens de ses ambitions – voilà la mission que les Français nous ont confiée. Et avec le Président de la République, nous nous y attachons chaque jour. C’est l’objectif du Pacte de responsabilité et de solidarité, qui redonne à nos entreprises de la compétitivité, des marges pour investir et embaucher. C’est l’objectif de la loi croissance, dont les premières mesures – je pense à l’ouverture de lignes d’autocars, qui favorise l’emploi, le pouvoir d’achat, la mobilité – viennent déjà d’entrer en vigueur. C’est l’objectif du projet de loi sur le numérique que nous présenterons à la rentrée. C’est l’objectif de la loi sur la transition énergétique, qui s’appuie sur cette compétence française du nucléaire tout en développant le recours aux énergies renouvelables.
Sur chacun de ces sujets, beaucoup se joue dans les territoires. Et donc, nous aurons besoin de vous, élus locaux. De vous qui vous battez chaque jour pour nos territoires et pour leurs habitants. De vous à qui les Français ont donné ce mandat de défendre sans cesse l’intérêt général. Et je voudrais vous en assurer : vous pouvez, de la même manière, compter sur nous, sur ce gouvernement.
La nouvelle France des territoires est en place. A nous tous, dès à présent, d’en faire un levier pour rendre notre pays plus fort, et pour toujours mieux répondre aux attentes des Français.
Je vous remercie

Publié le jeudi 3 septembre 2015plus Lire la suite
La vélo-route de la Vallée de la Marne La vélo-route de la Vallée de la Marne

Aujourd'hui j'ai testé le tronçon de la vélo-route de la Vallée de la Marne mis en service entre Condé-sur-Marne et Ay le samedi 13 juin, cette piste permettra à terme de relier Dormans au Lac du Der.
J'ai testé cette piste depuis Châlons En Champagne, la piste est bonne jusque Recy, puis chaotique jusque Condé-sur-Marne (compétence CAC), avant de retrouver une piste très agréable jusqu'Ay.
Le Conseil départemental de la Marne a participé de manière importante à son financement pourtant je n'ai rien vu qui l'indiquait sur ou autour de la piste...
Cette voie est dédiée aux cyclotouristes et autres amateurs de pratiques sportives (course à pied, rollers, marcheurs, etc,…). Cette vélo-route est agrémentée d’aires de pique-nique.

Pour le conseil départemental, qui porte le projet avec d’autres partenaires, les objectifs de la véloroute sont doubles: attirer les touristes (ils vont être hébergés en gîte ou en chambre d’hôtes, visiter le patrimoine historique et déguster du champagne), et inciter  la population marnaise à pratiquer des activités de loisirs accessibles. 

La portion de piste nouvellement ouverte permet de se promener le long du canal latéral de la Marne, sur un parcours qui traverse dix communes : Condé-sur-Marne, Tours-sur-Marne, Bisseuil, Mareuil-sur-Aÿ, Aÿ, Magenta, Dizy, Hautvillers, Cumières et Damery. Les travaux ne s’arrêtent pas là, puisque la véloroute, qui a vu le jour entre Vitry-le-François et le lac du Der, devrait ensuite rallier Dormans à Cumières. Des liaisons avec l’Aube sont également prévues, de même que des boucles urbaines incluant l’agglomération châlonnaise ou Epernay.

Le chantier prendra encore 6 ou 7 ans, minimum. La réalisation du tronçon entre Condé-sur-Marne et Damery a coûté 3,7 millions d’euros, dont 67% pris en charge par le Conseil départemental.

Publié le vendredi 31 juillet 2015plus Lire la suite
La scandaleuse suppression des distributions des dictionnaires dans les écoles

Notre groupe trouve consternante et honteuse la suppression des distributions des dictionnaires aux élèves de CM2 châlonnais. Anecdotique pour le Maire (dont ce n’est pas sa ville, mais la ville où il est élu), bien plus qu'une distribution, ce rite de passage du CM2 à la 6ème était attendu par les écoliers qui conservaient bien souvent cet outil du savoir. Un coup supplémentaire porté à nos enfants après les décisions de fermeture concernant les écoles. Notre groupe demande au Maire de revoir ses priorités, arrêtons le bling bling, arrêtons la communication ! Nos enfants représentent l'avenir de notre ville, préservons les, donnons leur toutes les chances de réussite dans la vie.

Publié le vendredi 3 avril 2015plus Lire la suite
Réunion publique sur la carte scolaire Réunion publique sur la carte scolaire

Mercredi 11 mars Salle de Malte le groupe socialiste et apparentés, à mon initiative, a reçu les parents d’élèves, enseignants, et ATSEM afin d’échanger sur le nouveau projet de carte scolaire présenté le 31 janvier 2015. Les propos qui suivent relèvent de ma propre analyse suite aux multiples échanges que j'ai pu avoir devant les écoles ou lors de cette réunion publique.

Ainsi, la majorité UMP-UDI du conseil municipal de Châlons-en-Champagne a décidé de fermer aux cours des 2 prochaines rentrées 8 écoles (5 écoles maternelles et 3 écoles élémentaires), soit un tiers de ses écoles, dans une ville qui compte 45 000 habitants. Le Maire de Châlons-en-Champagne a ainsi présenté aux parents et enseignants son projet le 31 janvier dernier.

Au préalable, en tant que président du groupe socialiste et apparentés, j'ai rappelé que nous avions dénonçé à de multiples reprises la méthode brutale du Maire, une méthode qui met le feu aux poudres… même si nous partageons ses constats en matière de démographie, de bâti, de mixité sociale ou encore d’équilibre des territoires.

Par ailleurs, compte tenu du fait que cette carte scolaire heurte la sensibilité de chaque élu, je souhaite donner au groupe que je préside l'entière liberté de vote.

Sur le fonds, les châlonnais sont très inquiets et remettent en cause les arguments justifiant ces fermetures d’écoles. En effet, après avoir rencontré Monsieur APPARU, assisté de quelques-uns de ses adjoints, les parents d’élèves et enseignants ont constaté de nombreuses incohérences et confusions dans cette réforme de la carte scolaire qui semble avoir été préparée dans la précipitation, et qui met en péril les apprentissages et le bien-être de nos enfants à l’école.

  • A ce jour, la municipalité est incapable de chiffrer les économies qui seront réalisées suite à la fermeture de ces 8 écoles. M. le Maire a répondu à des parents d’élèves inquiets: “on ne peut pas savoir tant que les écoles ne sont pas fermées.”
  • Des écoles ferment, alors que leurs effectifs ne le justifient pas partout. Ex. : la maternelle Lamairesse remplit 3 classes de 27 élèves chacune, allant de la petite à la grande section.
  • La municipalité avance comme argument le nombre de salles vides dans plusieurs écoles. Or, ces salles sont en réalité occupées ; non par des classes, mais par des BCD, des salles informatique, des salles de motricité, des salles de sieste, qui vont donc disparaitre pour pouvoir accueillir les nouveaux élèves. Ces salles sont d’autant plus importantes que la réforme des rythmes scolaires a engendré une fatigue plus importante pour les enfants de maternelle.
  • Ainsi, en fusionnant des écoles, la ville de Châlons-en-Champagne va se retrouver avec de gros groupes scolaires. Les écoles élémentaires Lavoisier et Branly doivent fusionner à la rentrée 2015 : il y aura donc 11 classes + 1 CLISS, rassemblant plus de 300 élèves dans un quartier qui comporte des difficultés. Un précédent a eu lieu en 2008, où les écoles élémentaires Jules Ferry et Vallée St Pierre ont fusionné. La municipalité avait promis que le seuil de 400 élèves ne sera pas dépassé ; aujourd’hui l’école Jules Ferry rassemble 420 élèves, démontrant la vue à courte durée de la mairie et l’absence d’étude complète et sur le long terme.
  • Pour justifier de ces 8 fermetures d’écoles, la municipalité s’appuie sur une étude réalisée par un cabinet privé, COMPASS, mais dont les résultats ne prennent pas en compte le départ des militaire.
  • Les fusions d’écoles vont entraîner la fin d’un nombre important de projets pédagogiques, portés par des enseignants investis dans leur travail au quotidien avec les élèves, mais aussi pour créer du lien avec les familles. Toute la pédagogie mise en œuvre par les professeurs des écoles est remise en question. A l’école élémentaire de la Vallée St Pierre, la directrice a mis en place tout un travail en décloisonnement et en classe de double niveau adapté à la population qui fréquente l’école et qui permet aux enfants qui entrent en maternelle sans savoir parler le français d’entrer sereinement au CP.
  • L’école maternelle Lapie-Verbeau va devoir accueillir des élèves de maternelle sur 3 étages !
  • Une école maternelle, Ban de l’Isle, disposant d’une grande mixité sociale car située entre le centre-ville et le centre d’aide aux réfugiés va fermer ; les enseignants ont pourtant su créer du lien avec des parents non francophones grâce à la petite taille de cette structure. Il est peu probable que cela se poursuive avec une nouvelle école, qui sera d’une part éloignée, et d’autre part trop grosse pour mettre ces parents en confiance.
  • Par ailleurs, on éloigne encore plus les quartiers du centre-ville (mixité sociale?), ce qui creuse encore plus les inégalités sociales (accès aux infrastructures culturelles et sportives, difficultés financières plus accentuées…).

A ce jour, les inquiétudes des parents d’élèves sont grandes :

    • Ils ne disposent toujours pas de la nouvelle carte scolaire et ne savent pas de quelle école dépendra leur(s) enfant(s) à la rentrée. Pour certains, il va falloir changer de mode de garde. Cette carte scolaire devait être soumise au vote du Conseil Municipal du 26 mars 2015 ; il vient d’être repoussé au 15 avril 2015, ne faisant qu’accroitre les craintes des parents.
    • Actuellement, la municipalité promet le maintien du même nombre de classes malgré les 8 fermetures d’écoles, mais ne l’assure pas pour la rentrée 2016, ceci étant par ailleurs une compétence de la DASEN et non de la municipalité.

Les inquiétudes des enseignants le sont tout autant, en ce qui concerne leur mutation pour les écoles qui ferment et la continuité de leurs projets pédagogiques.

Le nouveau périmètre proposé par la municipalité fera l’objet d’un débat au conseil municipal et sera débattu  le 15 avril prochain.

A cette occasion, à la demande des parents d’élèves je demanderai un vote à bulletin secret, tout en incitant mes collègues élu(e)s à voter contre ce projet que je juge catastrophique pour l’avenir de notre cité.

Rudy NAMUR

 

Publié le jeudi 12 mars 2015plus Lire la suite
Tribune du Fil du Mai du mois d'avril 2015 - Budget 2015 ...Châlons pleure

Budget 2015…Châlons pleure…

Le budget a été voté par la droite municipale, austérité, régressions sociales, et casse des services publics…telle est l’addition, les châlonnais s’en souviendront !

Cassante, autoritaire, dure, telle est la méthode du Maire. Pourtant, le budget a été approuvé, le doigt sur la couture du pantalon, la majorité a voté malgré les coups portés aux familles, aux agents de la ville, de la CAC et du CCAS, et tout simplement aux administrés.

Un an après son élection, il ferme 8 écoles, la Mairie annexe rive gauche, suppression du comité d’action sociale de la Mairie…où va-t-il s’arrêter ?

Pour le Maire, il n’y a qu’un seul responsable, l’Etat, pourtant lui-même affirme qu’au pouvoir, il aurait accentué la diminution des dotations. Enfin, qui plombe nos comptes depuis des années ? qui est aux commandes de la Mairie depuis des dizaines d’années ? Toujours les mêmes ! Alors mobilisez-vous, de nombreux combats nous attendent et nous aurons besoin de vous tous !

Rudy NAMUR

Pour le groupe socialiste et apparentés

Publié le mardi 10 mars 2015plus Lire la suite
Rendez-vous le 11 mars 2015 à 20h30 salle de Malte Rendez-vous le 11 mars 2015 à 20h30 salle de Malte Publié le mercredi 4 mars 2015plus Lire la suite
Intervention lors du débat d'orientations budgétaires de Châlons-en-Champagne - 26 février 2015 Intervention lors du débat d'orientations budgétaires de Châlons-en-Champagne - 26 février 2015

Monsieur le Maire, Chers collègues,

Comme d’habitude ce débat d’orientations budgétaires s’appuie sur des grandes masses, et nous avons peu d’informations détaillées, en dehors des éléments de contexte national qui impacteront nos budget 2015,2016 et 2017 que vous dénoncez avec une certaine énergie.

Aucune orientation politique. Ce que nous attendons, ce que les Châlonnais attendent de votre part, c’est un espoir au regard des choix politiques, de vos arbitrages, et ce malgré un contexte compliqué. Vous êtes le Maire, vous devriez donner un cap, des objectifs…et là malheureusement il n’y a rien.

Pire même vous déployez une grande énergie à dénoncer les choix de l’Etat laissant peu de place au budget 2015.

Cependant, il n’y a pas que les décisions nationales qui influent sur nos budgets. Il y a aussi le bilan de la mandature précédente, dans laquelle vous siégiez et notamment le poids financier de la construction du Capitole dans le cadre du PPP qui a plombé nos marges de manœuvres financières.

Par ailleurs, s’agissant des décisions nationales, Monsieur le Maire vous êtes au moins reconnu pour ne pas faire de langue de bois, et c’est vrai, lors de la cérémonie de vœux de la Mairie vous avez expliqué que si votre parti dirigeait le pays les arbitrages auraient été plus sévères vis-à-vis des collectivités… heureusement pour nous, vous êtes dans l’opposition alors !

Pour autant, nous avons pleinement conscience des difficultés pour vous à construire un budget dans un contexte difficile, qui plus est avec de nombreuses inconnues dans l’équation qui vous est demandé.

Aujourd’hui si nous ne disposons pas du détail des dotations pour notre commune nous connaissons au moins l’évolution des grandes masses, j’en profite pour souligner l’intérêt d’avoir repoussé le DOB, qui se déroulait habituellement en novembre, compte tenu des éléments attendus de la loi de finances.

Cette complexité dans laquelle nous nous trouvons pour construire notre budget primitif 2015 et les suivants suppose de travailler en utilisant une méthode de travail adaptée à situation qui associe pleinement les agents de la ville.

Je tiens à ce titre à saluer le travail des services qui subissent les couperets de vos décisions au quotidien, vous leur demandez de gros efforts, -10% de charges de fonctionnement dans chaque direction.

Ces agents continuent de travailler au mieux avec les besoins dont ils disposent. Et pourtant, pourtant, vous ne les épargnez pas dans la charge de travail, ni dans leur environnement de travail d’ailleurs. J’en veux pour preuve la suppression du CAS, tel un couperet qui est tombé, sans conditionnement préalable, ni même discussion en amont.

Des agents à qui vous allez supprimer certains avantages acquis. Vous décidez les agents subissent !

 

Je ne pense pas que cette méthode très directive cassante et brutale soit de nature à créer les conditions d’une dynamique territoriale qui permettent de surmonter les défis de redynamisation du territoire que nous avons à relever.

C’est la même méthode que vous avez utilisée pour fermer un quart des écoles châlonnaises. Je parle bien de la méthode utilisée, brutale et dure pour les familles, les enfants et les enseignants des écoles qui vont fermer, car sur le fond, la refonte de la carte scolaire était inévitable et devenait urgente à mettre en œuvre.

 

Pour en revenir à votre budget, il reflète une réalité, difficile pour notre commune, et surtout difficile pour nos administrés. Un budget à multiples inconnues et engendrant de nombreuses conséquences pour les châlonnais qui s’interrogent.

Mettez vous un peu à la place d’un châlonnais qui ne suit pas les affaires municipales, il voit ses militaires partir, il entend vaguement que la Région s’en va, que des écoles dans les quartiers et en centre-ville ferment. Ils découvrent tous les jours que des boutiques baissent définitivement les rideaux et qu’ils vont même perdre leurs sanisettes…

Tous ces éléments bousculent nos administrés, les bouleversent pour certains, les inquiètent. Comment leur redonner confiance et espoir ?

Vraisemblablement en les informant, les associant, les écoutant, en étant plus transparent. En tout cas, à quelques jours des départementales, les châlonnais sont déboussolés et sont, pour certains, prêts à se laisser berner par des discours populistes très éloignés de la réalité.

Revenons au budget, d’après les informations dont je dispose, la diminution de la taxe d’habitation liée au départ des militaires semble beaucoup plus faible que ce que vous aviez prévu ? Ainsi il s’avère que là où vous pensiez perdre 500 000€ compte tenu du départ des militaires, la perte ne serait que de 100 000 €, car ne nombreux militaires vivaient a priori en caserne, et donc n’étaient pas éligibles à la TH. Est-ce une réalité ? Avez-vous pris en compte dans les OB cet élément ?

Par ailleurs, il semblerait que le nombre de militaires partant de Châlons soit plus faible que prévu compte tenu d’un redéploiement sur Mourmelon notamment. Quelles informations avez-vous sur la démographie militaire réelle de notre territoire ?

Autre sujet, nous entendons ici et là de nombreux commentaires au sujet de votre projet de fermeture des 8 écoles châlonnaises. Quand nous nous sommes rencontré le 30 janvier dernier, lorsque la question des économies vous a été posée, vous nous aviez dit, et nous pouvions l’entendre à ce moment-là, que vous ne connaissiez pas le montant des économies liées à la fermeture des écoles.

Dans les prévisions budgétaires du DOB, nous ne disposons pas, sauf erreur de ma part d’informations précises. Avez-vous aujourd’hui des chiffres à nous donner ? N’oublions pas que la rationalisation des écoles a tout de même pour objectif de réduire les dépenses municipales.

A propos des compensations fiscales sur les exonérations de taxe d’habitation, il semblerait qu’une loi récemment votée permette la récupération par la ville de 350 000€ au titre de 2015. Cette loi étant rétroactive sur 2014, nous pourrions ainsi récupérer 700 000 €. Pouvez-vous me dire si ces recettes supplémentaires seront prises en compte dans le BP 2015 ?

Enfin, les chiffres liés au CRSD sont désormais publics, près de 30M€ seront affectés par l’Etat pour la redynamisation de notre territoire afin de favoriser le développement économique et donc l’emploi. Pouvez-vous nous confirmer dans le cadre des négociations en cours que notre bassin communautaire via la communauté d’agglomération pourra émarger sur cette enveloppe budgétaire de 30M€, car d’autres communes que Châlons sont également impactées par le départ des militaires?

Enfin, je sais Monsieur le Maire que vous avez fortement milité pour que dans le cadre du CRSD, nos commerçants bénéficient d’un soutien de l’Etat par le biais de crédits d’impôts et d’exonérations fiscales, qu’en est-il exactement aujourd’hui ?

Je vous remercie.  

Rudy NAMUR
Pour le groupe socialiste et apparentés

Publié le vendredi 27 février 2015plus Lire la suite
Elections départementale 2015 - De nombreux changements en perspective

Les 22 et 29 mars prochains vous serez amenés à vous prononcer pour élire vos nouveaux conseiller départementaux. Cette élection vont se dérouler dans un contexte particulier:

  • Un nouveau mode de scrutin:

    Le scrutin majoritaire binominal paritaire fait son apparition. Les électeurs devront désigner un homme et une femme dans chaque canton, ceci afin d’encourager la parité. Chaque candidat aura un suppléant du même sexe que lui. Les bulletins de vote comporteront le nom des deux titulaires et ceux de leurs suppléants. Il vous sera impossible de voter pour l’un des candidats mais non pour l’autre. Comme toujours les bulletins rayés, déchirés… seront invalidés.

    Pour être élu au premier tour, ce binôme devra recueillir à la fois la majorité absolue (50 % des suffrages exprimés plus une voix) et le quart des électeurs inscrits. Si aucun des candidats ne l’emporte, un second tour est organisé. Seuls, les binômes ayant obtenu au moins 12,5 % des voix des électeurs inscrits sont autorisés à s’y présenter. La majorité relative (le plus grand nombre de voix) suffit alors pour être élu

  • Des nouveaux cantons, ainsi nous sommes passés de 4 cantons châlonnais à 3 dont la moyenne est de 25000 habitants. Les 3 cantons sont les suivants:
    • Canton 1: La partie de la commune de Châlons-en-Champagne située à l'ouest d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Saint-Martin-sur-le-Pré, avenue du Général-Sarrail, place de Verdun, avenue de Valmy, place aux Chevaux, canal Saint-Martin, pont Jacquesson, boulevard Léon-Blum, rue Jean-Jaurès, canal latéral à la Marne, allée des Forêts, avenue du 29-Août-1944, boulevard John-Fitzgerald-Kennedy, avenue du 29-Août-1944, avenue des Alliés, rue de l'Étang-Lavalette, avenue du Président-Roosevelt, avenue Winston-Churchill, avenue des Alliés, rue Eugène-Delacroix, ligne droite dans le prolongement de la rue Paul-Valéry, rue Paul-Valéry, rue Paul-Verlaine, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Sarry. Ainsi que Fagnières Compertrix et Coolu;
    • Canton 1
    • Canton 2: Les communes suivantes : Aigny, Aulnay-sur-Marne, Champigneul-Champagne, Cherville, Condé-sur-Marne, Les Grandes-Loges, Isse, Jâlons, Juvigny, Matougues, Recy, Saint-Gibrien, Saint-Martin-sur-le-Pré, Saint-Pierre, Thibie, La Veuve, Villers-le-Château, Vraux.
      La partie de la commune de Châlons-en-Champagne située à l'est d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Saint-Martin-sur-le-Pré, avenue du Général-Sarrail, place de Verdun, avenue de Valmy, place aux Chevaux, canal Saint-Martin, pont Jacquesson, boulevard Léon-Blum, rue Jean-Jaurès, canal latéral à la Marne, pénétrante urbaine, allée Voltaire, allée Paul-Doumer, avenue de Metz, jusqu'à son intersection avec la rue des Quatre-Vents et jusqu'à la limite territoriale de la commune de Saint-Memmie.
    • Canton 2
    • Canton 3: Breuvery-sur-Coole, Bussy-Lettrée, Cernon, Cheniers, Cheppes-la-Prairie, Chepy, Coupetz, Coupéville, Dampierre-sur-Moivre, Dommartin-Lettrée, Écury-sur-Coole, L'Épine, Faux-Vésigneul, Francheville, Le Fresne, Haussimont, Lenharrée, Mairy-sur-Marne, Marson, Moivre, Moncetz-Longevas, Montépreux, Nuisement-sur-Coole, Omey, Pogny, Saint-Étienne-au-Temple, Saint-Germain-la-Ville, Saint-Jean-sur-Moivre, Saint-Martin-aux-Champs, Saint-Memmie, Saint-Quentin-sur-Coole, Sarry, Sogny-aux-Moulins, Sommesous, Soudé, Soudron, Togny-aux-Bœufs, Vassimont-et-Chapelaine, Vatry, Vésigneul-sur-Marne, Vitry-la-Ville. Ainsi que les quartiers Croix-Jean-Robert et La Fontaine de Châlons-en-Champagne.Canton 3
  • Des nouveaux bureaux de vote à Châlons-en-ChampagneCarte des bureaux de vote

 

Publié le mardi 24 février 2015plus Lire la suite
Bernard CAZENEUVE de passage à Châlons-en-Champagne Bernard CAZENEUVE de passage à Châlons-en-Champagne

Bernard CAZENEUVE, Ministre de l'Intérieur, a remis en fin de journée les insignes d’Officier de la Légion d’Honneur à Jean-Paul Bachy, président de la Région Champagne-Ardenne. A l'issue de la cérémonie, nous avons pu échanger avec le Ministre sur différents dossiers locaux, notamment au sujet des conséquences du départ de la Préfecture régionale.

Publié le lundi 2 février 2015plus Lire la suite
Réforme de la carte scolaire, la tension monte en attendant les arbitrages Réforme de la carte scolaire, la tension monte en attendant les arbitrages

Fin 2014, la municipalité a fait appel au Cabinet Compas dans le cadre d’une étude visant à modifier la sectorisation des écoles de Châlons-en-Champagne. A la suite des conclusions du Cabinet Compas une « concertation » a été mise en place, avec les parents d’élèves, les directeurs(rices) d’écoles et les élus (concernant notre groupe d’opposition, Alain GOZE sur le secteur Sud et me concernant sur le secteur Nord. Pour l’heure, à notre connaissance plusieurs hypothèses sont envisagées, les plus probables risquent d’impacter de manière plus importante les écoles La Fontaine et Branly. Aucune information ne nous est parvenue concernant les écoles de Rive Gauche et celles du centre ville.

L’analyse du Cabinet Compas repose à notre grand regret sur des données uniquement démographiques, données incomplètes. Ainsi, l’impact du départ des militaires n’est pas pris en compte, la montée pédagogique non plus, tout comme les familles qui devront se plier à de nouvelles contraintes (déplacements plus longs, horaires modifiés).

Pour autant, nous sommes pleinement conscients des contraintes financières de la municipalité  et des arbitrages qui devront être pris.

En attendant les arbitrages voici la sectorisation actuelle.

 

Sectorisation des écoles élémentaires de Châlons-en-Champagne

 

 Carte de sectorisation des écoles maternelles de Châlons-en-Champagne

 

Publié le mercredi 28 janvier 2015plus Lire la suite

Communiqué de presse - 07 janvier 2015
 
Châlons est en deuil, Cabu le père du « Grand Duduche » et du « beauf » vient d’être tué dans l’horrible attentat perpétré aujourd’hui à Paris contre le journal Charlie Hebdo qui a fait 12 victimes et plusieurs blessés.
La disparition de ce dessinateur simple, humble et d’une grande gentillesse, va laisser un grande vide.
Nous pensons également aux journalistes et aux deux fonctionnaires de police tombés dans l’exercice de leurs fonctions.
Le groupe socialiste et apparentés du conseil municipal de Châlons encore choqué s’associe à tous les témoignages  rendus et présente ses sincères condoléances à toutes les familles endeuillées.
La seule arme contre les barbares, c’est de continuer à savoir rire comme le faisait si bien Cabu.
 
Rudy NAMUR
Président du groupe socialiste et apparentés
Conseil municipal de Châlons-en-Champagne

Publié le mercredi 7 janvier 2015plus Lire la suite
Polémiques autour du 11 novembre 2014 à Châlons-en-Champagne Polémiques autour du 11 novembre 2014 à Châlons-en-Champagne

Courrier au Maire de Châlons - pb 11 novembre 2014

Courrier au Maire de Châlons 2 - pb 11 novembre 2014

 

 

 

 

Publié le samedi 8 novembre 2014plus Lire la suite
Communiqué de presse - Armée à Châlons-en-Champagne

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU GROUPE SOCIALISTE ET APPARENTÉS DU CONSEIL MUNICIPAL DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE

 

Aujourd’hui, le Ministère de la Défense annonce officiellement le début de la dissolution du 1er Régiment d’Artillerie de Marine de Châlons-en-Champagne, ainsi que la suppression de l’Etat Major de la 1ère Brigade Mécanisée.

 

C’est avec une grande tristesse et une grande émotion que j’accueille cette décision. Mes premières pensées vont aux militaires et à leurs familles qui ont construit leur vie sur notre ville et notre agglomération, ainsi qu’aux civils qui travaillent dans les régiments militaires.

Je pense également aux Châlonnais, à nos commerçants, qui se sont mobilisés aux côtés des élus pour encourager le maintien d’une activité militaire à Châlons-en-Champagne.

 

Cette fermeture, à l’image de celle d’autres sites en France, est la conséquence de la stratégie nationale liée à la réorganisation de la défense du pays, engagée à Châlons-en-Champagne depuis la dissolution du 402ème régiment d’artillerie décidée en 2011.

 

Cette décision rend désormais urgente l’ouverture d’un nouveau chapitre pour notre ville, celui de la reconversion du site, qui passe par l’élaboration d’un nouveau projet économique capital pour notre territoire. C’est pourquoi il est primordial de lancer rapide un véritable projet de revitalisation de ce vaste site de 80ha. A ce titre le groupe socialiste et apparentés du Conseil municipal de Châlons-en-Champagne sera vigilant sur l’utilisation des compensations dont notre ville bénéficiera, nous souhaitons la mise en place d’une commission municipale afin d’étudier, en toute transparence, les possibilités qui s’offriront à notre territoire.

 

Nous sommes déterminés à participer à cette réflexion aux côtés du Président de l’Agglomération Châlonnaise, et du Maire de Châlons-en-Champagne. Nous croyons aux chances de notre territoire, à la condition que les méthodes de travail évoluent, créons enfin les conditions de la concertation favorisant les synergies.

 

Rudy NAMUR

Conseiller Général de la Marne

Président du groupe socialiste et apparenté

à la Mairie de Châlons-en-Champagne

 

Publié le mercredi 15 octobre 2014plus Lire la suite
Compte rendu du Conseil Communautaire de Cité en Champagne du 25 septembre 2014

Cher-e-s ami-e-s,

Conformément à nos engagements voici le compte rendu du Conseil communautaire du jeudi 25 septembre 2014. Conseil durant lequel nous avons fait la preuve de nos compétences sur de multiples dossiers, là où l'extrême droite n'a fait que s'abstenir sans rien proposer...  

Par ailleurs, je vous informe que des discussions sont engagées avec le Président de la CAC afin de bénéficier des droits règlementaires inhérents à un groupe politique communautaire (création d'un groupe politique, tribune...etc), droits refusés jusqu'à présent. A la suite d'un échange avec Bruno BOURG-BROC, Alain GOZE participera en nôtre nom à une commission de travail présidée par René DOUCET visant à établir les droits de l'opposition communautaire.

 

Je vous souhaite une bonne lecture, restant à votre disposition

Rudy NAMUR (Président du groupe socialiste et apparentés au Conseil municipal de Châlons-en-Champagne)

 

Liste de délibérations :

 

1-      Budget supplémentaire 2014 : budget principal

 

La décision modificative du BP porte sur un ajustement des crédits de Fonctionnement pour un montant de 4 334 009,40€ et en Investissement de 17 109 580,96€ soit un montant total de 21 443 590,36€ ce qui porte le budget global de fonctionnement à 51 688 068€ et le budget global d’investissement à 37 498 375€.

Pour la section d’investissement le BS 2014 n’est que de 2 996 636 en dépenses car nous constatons des recettes nouvelles qui concernent le résultat capitalisé de 2013 pou un montant de 6 731 107€, un report de solde de la section d’investissement de 2013 pour 574 157€ et un report d’investissements 2013 pour 7 381 838€.

Pour la section de fonctionnement le BS est de 4 334 009€ en dépenses qui est financé par un report du résultat 2013 de 3 180 156€ et des recettes nouvelles pour un montant de 1 153 853€ .

 

Alain Goze a demandé au Président de la CAC pourquoi en investissement la CAC à repris à sa charge un emprunt fait par la SEMCHA pour la ZAC des Escarnotières pour un montant de 2 007 600€ et toujours pour la ZAC des Escarnotières verse une subvention à la SEMCHA pour un montant de 4 300 000€ ?

 

Compte tenu du fait que nous n’étions pas élus communautaires lors du vote du BP nous nous sommes abstenus

 

2-       Budget supplémentaire 2014 : budget annexe des transports

Le BS 2014 ne génère pas de crédits supplémentaires, il intègre principalement un report de crédits en dépenses d’investissement de 2013 pour un montant de 930 186€ pour un budget global d’investissement de 6 414 360€.

 

Compte tenu du fait que nous n’étions pas élus communautaires lors du vote du BP nous nous sommes abstenus

 

3-      Budget supplémentaire 2014 : budget annexe de l’assainissement

La décision modificative du BP porte sur un ajustement des crédits en exploitation pour 675 758,71€ et en investissement pour 6 372 101,06€ sur un budget global de 18 538 100€.

Pour la section d’investissement la somme importante des ajustements s’explique à partir des recettes constituées par des investissements reportés de 2013 pour un montant de 3 559 840€ et un report de résultat capitalisé de 2013 de 1 426 541€. En réalité le budget supplémentaire pour l’exercice 2014 est de 1 083 277€ en dépenses d’investissement et 657 759€ en dépenses d’exploitation.

 

4-       Délibération fiscale à prendre avant le 1er Octobre pour application au 1er janvier 2015

RAS

 

5-       Exonérations facultatives de taxe d’enlèvement des ordures ménagères

La CAC maintien une décision prise il y a déjà plusieurs années de ne pas accorder d’exonérations aux entreprises qui le demandent et qui gèrent par un prestataire privé la gestion de leurs déchets. Onze entreprises dont Carrefour, Décathlon et But ont demandé une exonération. Exonération rejetée.

A noter lors de ce débat, une proposition d’exonérer les propriétaires ou locataires qui paient la TOEM sur des garages privés. De la même manière, pourquoi faire payer des entreprises dont les déchets sont si spéciaux qu’ils sont traités par des réseaux privés et non par le service public d’enlèvement d’ordures ?

 

 6-      Mise en place du Comité Technique et du Comité d’Hygiène et de Sécurité et des conditions de Travail

Mise en conformité avec le nouveau cadre législatif, pas de changement dans la composition des instances et le maintien de la parité entre les représentants des syndicats et des membres élus communautaires

  

7-      Création d’un emploi de collaborateur de cabinet

Nous sommes en droit de nous interroger sur l’opportunité de créer un nouveau poste au cabinet alors même qu’une agglomération devrait permettre de mutualiser les moyens. Pour autant BBB ne fait qu’appliquer le cadre légal qui lui permet d’avoir un collaborateur supplémentaire au regard du nombre d’habitants de la CAC.

 

8-       Tableau des effectifs

Outil de management politique de la majorité, Alain GOZE ne participe pas au vote comme d’habitude.

 

9-       Mise à disposition des Directions Bâtiments-Logistique-Voirie et Aménagement de l’Espace Communautaire aux communes membres de l’agglomération

R.A.S.

 

10-    Fourniture et acheminement de gaz naturel pou les équipements de la Communauté d’Agglomération membres – Constitution d’un groupement de commandes – Mise en appel d’offres sur la base d’un accord cadre

R.A.S.

 

11-    Constitution de la Commission Intercommunale des Impôts Directs

Obligation légale, interrogation sur le respect d’une certaine pluralité politique puisque nous n’avons pas les candidatures proposées en amont du Conseil.

 

12-   Organisation de rencontres régionales du commerce et de la franchise

Nous avons souligné l’intérêt pour notre municipalité d’avoir ce type de rencontre sur notre territoire compte tenu de l’état du commerce en centre ville. A la suite de la 1ère édition qui s’est tenue lors de la Foire de 2013, la CAC a décidé d’organiser la seconde édition le 6 octobre d’an l’optique de lui donner un rayonnement régional. Pourquoi ne pas se servir du rayonnement national et international de la Foire de Châlons pour organiser ce type d’évènement, ce qui au passage permettrait sans doute de réaliser des économies (BP 20000€ dont 8500 € location du Capitole, 8000 € communication et 3500 € de restauration)… La majorité a répondu que justement en faisant un focus sur cette rencontre en dehors de la Foire cela lui donnera plus d’importance… à suivre.

 

13-   Demande de subvention de la plate-forme « génie industrielle et productique » du lycée technique et professionnelle Etienne Oehmichen

R.A.S.

 

14-   Plan Local de redynamisation du Centre Ville : attribution de subventions d’investissement au x sociétés SARL Chen Jim, SARL Lisa, SAS Caffet&Cie, SARL Beccarelli, SAS Bon Diable

R.A.S

 

15-   Mise en place d’une plateforme technologique de l’IUT de Châlons-en-Champagne

R.A.S.

 

Nous avons profité de cette délibération pour interroger le Président sur l’impact du Grand Campus sur Campus 3000 dans l’optique de la future métropole souhaitée par la Maire de Chalons. Pour BBB c’est une offre complémentaire, compte tenu de l’intervention de Gilles BAILLAT (Pdt de l’URCA) au Conseil Général le 19 septembre 2014, les craintes de centralisation des formations du supérieur au Grand Campus rémois sont avérées.

  

16-   Avenant n°2 au contrat de DSP assainissement

Cette délibération porte sur un accord pour financer à parité avec le délégataire de la DSP une réparation d’un four pour un montant de 78 645€. J’ai demandé à avoir communication du contrat de DSP qui a été signée. A ce jour je n’ai reçu qu’un avenant sur la programmation prévisionnelle des investissements. Je ne peux donc pas vérifier le bien fondé du partage financier de la réparation du four d’assèchement des boues. En règle générale il est d’usage que le délégant prenne en charge sur la durée du contrat les investissements dont l’enveloppe budgétaire est déterminée d’un commun accord et le délégataire les frais liés à l’entretien et la réparation des matériels.

 

17-   Convention et autorisation de passage au profit d’ERDF

R.A.S

 

18-   Echange de parcelles avec la Société COLAS EST

R.A.S.

 

 19-    Modification du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal de la Région de Condé-sur-Marne et périmètre de protection modifiés du Château de Juvigny et de l’Eglise Sant Rémi de Condé-sur-Marne

Ce dossier concerne l’ancienne intercommunalité de la Région de Condé-sur-Marne qui a été rattachée à la CAC depuis le 1 janvier 2014.

 

20-   Autorisation de signature d’actes notariés dans le cadre de la Zone d’Activités de Condé-sur-Marne

R.A.S.

 

21-    Station d’épuration Communautaire d’Aigny – extension du réseau électrique, convention avec Voies Navigables de France – autorisation d’urbanisme

R.A.S.

 

22-    Fonds d’aides aux jeunes

Il n’y a pas de bilan quantitatif ni qualitatif du soutien et de l’accompagnement financier du fonds d’aides aux jeunes qui a pour objet de favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes. (Jeunes entre 19 et 25 ans – aides principalement alimentaire et logement) Le BP 2014/2015/2016 estimé par la direction départementale de la solidarité fait état d’un montant global de 11 091€. La participation de la CAC est donc fixée pour l’année 2014 à 3 697€.

Bien que n’ayant pas d’indicateurs ni d’informations détaillées dans la délibération, cette somme m’est apparue très faible. J‘ai donc demandé à avoir communication du bilan 2011/2013 du Fonds d’Aides aux Jeunes pour la période de la précédente convention triennale signée entre la CAC et le Département.

Les informations très synthétiques et peu développées ne nous permettent pas pour l’instant de procéder à véritable analyse pour notre bassin communautaire. Il faudrait récupérer des informations de la mission locale et compléter par l’analyse des besoins sociaux que doit réaliser le CCAS pour avoir à mon avis une vue d’ensemble de la réalité.

A priori environ 80 jeunes châlonnais étaient concernés ces dernières années d’après Alain BIAUX qui préside les travaux du FAJ

Il a été demandé au Conseil Général en charge de cette mission de détailler ses informations de manière à ce que l’on puisse identifier les informations qui concernent l’agglomération châlonnaise.

 

Par ailleurs une question est restée sans réponse concernant l’articulation entre la FAJ et le nouveau fonds de garantie jeunes financé en partie par des fonds européens dans le cadre du futur programme opérationnel 2014-2020. Dans les deux cas, le FAJ et le fonds de garantie, il est question de répondre à l’urgence sociale des jeunes. Au regard d’informations complémentaires récupérées par Rudy au Conseil Général, 22,45% des demandes sont dues à une attente de formation, 8,16% à des retard de salaires ou encore 26,53% à l’absence de salaire. Le FAJ est utilisé à Châlons pour 53,42% à l’alimentation, 12,33% au loyer ou encore 9,59% au facture EDF… 

 

23-   Opération de Rénovation Urbaine Rive Gauche coeur de projet de la Bidée/Orléans.

Avenant de sortie de convention ANRU

R.A.S fin de l’opération ANRU

 

24-   L’Effort Rémois : demande de garantie d’emprunt

R.A.S.

 

25-   Opération Programmée d’amélioration de l’Habitat de la Communauté d’Agglomération :attribution de subventions

R.A.S.

 

26-   Avenant de prolongation d’amélioration de l’habitat de l’agglomération de Châlons-en-Champagne (OPAH) – avenant 2014-02 à la convention pour la gestion des aides de l’habitat privé

R.A.S. prolongation d’un an de la convention triennale.

  

27-   Equipement aquatique Communautaire – Lancement d’une procédure adaptée pour la réalisation du 1% artistique

R.A.S.

  

28-   Taxe de séjour : attributions de subventions

R.A.S.

 

29-   Convention pour l’organisation de l’enseignement de la natation pendant le temps scolaire

R.A.S.

 

30-   Champagne-Châlons-Reims : attribution de la subvention pou la saison 2014/2015 – avenant à la convention

R.A.S

Augmentation de la subvention au regard de la montée de l’équipe en PRO A qui passe de 420 550€ à 610 50€ qui doit servir à valoriser par le biais de cette pratique professionnelle le rayonnement culturelle et donc économique de notre bassin communautaire.

 

31-   Convention pour l’organisation pédagogique des activités de sports de glace et pour l’occupation de la Patinoire Cités Glaces par les écoles primaires de la communauté d’agglomération

R.A.S.

 

32-   Travaux d’entretien de la Soude : lancement d’un marché à procédure adaptée et demande de subventions

R.A.S.

 

33-   Collecte en porte à porte, transport, tri, conditionnement et valorisation des corps creux des ménages et assimilés – lancement d’un appel d’offres

R.A.S.

 

Publié le lundi 29 septembre 2014plus Lire la suite
Communiqué de presse - Fermeture de l'entreprise Air Liquide Communiqué de presse - Fermeture de l'entreprise Air Liquide

"A la suite de l’annonce de la fermeture du site châlonnais de l’entreprise Air Liquide, entreprise comptant 71 salariés, les élus du Groupe socialiste et apparentés du Conseil municipal de Châlons-en-Champagne, vont saisir le Premier Ministre pour lui demander une intervention rapide du Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique en vue d’un soutien du site châlonnais. Profitant de la venue dans la Marne de Manuel VALLS vendredi 12 septembre, Rudy NAMUR Conseiller Général et président du groupe municipal lui transmettra notre demande de soutien et d’intervention de l’Etat dans ce dossier"

Publié le jeudi 11 septembre 2014plus Lire la suite
Lionel JOSPIN au Mont-Moret puis à la 68ème Foire de Châlons-en-Champagne Lionel JOSPIN au Mont-Moret puis à la 68ème Foire de Châlons-en-Champagne

Samedi 6 septembre 2014, Lionel JOSPIN (ancien Premier Ministre de 1997 à 2002) s'est rendu au Mont-Moret près de Vitry-le-François, puis a participé à une conférence sur son ouvrage "La Mal Napoléonien" lors de la 68ème Foire de Châlons.

 

Rappel historique (issu du site   http://www.lamarne14-18.com/fr/sites-historiques/PCUCHA051V500LDL-3/detail/courdemanges/le-mont-moret)

"Dès le 6 septembre 1914, le Mont Moret va devenir l’enjeu principal des combats autour de Vitry-le-François. Comme sur les autres secteurs de la bataille de la Marne, c’est sur ce mamelon de la côte 153 que le sacrifice des soldats français a fait basculer le sort des armes..
La landwehr saxonne s’empare de Courdemanges et du Mont Moret le 6 septembre face aux troupes coloniales françaises. Epuisés et décimés, les coloniaux ont du mal à contenir les troupes allemandes. Le 8 septembre, les fantassins des 126ème et du 326ème R.I. de Brive la Galliarde, renforcés par un bataillon du 21ème R.I.C. (recrutement de Paris) reprennent d’assaut la côte 153. Dès lors et durant deux jours, les allemands vont bombarder violemment et contre attaquer cette hauteur devenue la charnière de la partie Est du champ de bataille de la Marne.
L’armée allemande est stoppée sur toute la ligne de front et donnant des signes de lassitude, elle amorce sa retraite le 10 septembre au soir. Les hommes des 126ème et 326ème R.I. descendent les pentes bouleversées du Mont Moret pour rejoindre Blacy, Loisy et Couvrot le 11 septembre.
Aujourd’hui, ce mont porte à certains endroits encore les stigmates de cet affrontement (excavations d’obus,…), empreintes tragiques que le temps n’a pas effacées. Cette modeste hauteur coiffe le sud du pays vitryat et témoigne de son importance, par la lecture du paysage qu’elle permet. "

 A 11h Lionel JOSPIN a retrouvé Jean-Pierre BOUQUET, Maire de Vitry-le-François, ainsi que différents parlementaires dont le Président du Conseil Général avec lequel une gerbe de fleurs a été déposée;

Ensuite à 12h30, Monsieur le Préfet Pierre DARTOUT nous a accueilli à l'entrée de la Foire de Châlons, avec Nicolas MARANDON (Conseiller régional et 1er secrétaire fédéral). Après un déjeuner en compagnie, de Jean-Paul BACHY (Président de la Région Champagne-Ardenne), et plusieurs élus dont Carole JOUSSIER, et Philippe COMBY, Lionel JOSPIN a parcouru la Foire durant une peu plus d'une heure. Lors de sa visite il a ainsi rencontré le Maire de Châlons-en-Champagne ainsi que le Président de la Communauté d'agglomération, différents acteurs institionnels et politiques.

Enfin, une centaine de personnes se sont réunies Espace Feuillatte pour participer à l'échange entre Thibaut POIROT (Professeur agrégé d'histoire à la Sorbonne) et Lionel JOSPIN à propos de son ouvrage "Le Mal Napoléonien". Un grand merci à Thibaut POIROT pour l'animation de cette conférence et pour les éléments de réflexion suivants:

" Le Mal napoléonien : un essai politique d’histoire républicaine

Par sa rigueur, par son style et par son thème, Le Mal napoléonien pourrait apparaître comme un livre d’histoire parmi d’autres sur l’épopée de Bonaparte. Pourtant, Lionel Jospin se défend de toute approche biographique et il livre là un essai politico-historique dense et informé. Cet ouvrage est celui d’un homme qui a fait l’expérience de l’Etat, qui s’intéresse au legs impérial en abordant ses principales contradictions, un esprit de conquête sans bornes, une volonté d’hégémonie. A travers ce bilan qui suit le bonapartisme à travers les âges, la conclusion est catégorique pour l’ancien premier ministre : l’épopée napoléonienne fut un échec et conduisit à une catastrophe majeure pour la France, avec les défaites de 1814-1815 et plus loin de 1870. Plus que l’information historique en elle-même, c’est le regard de Lionel Jospin qui suscite l’intérêt du lecteur. Certes l’approche de Lionel Jospin ne fait pas forcément consensus chez les historiens « napoléoniens », mais le livre ouvre un débat pour le moins passionnant. Sans nier l’apport institutionnel du moment napoléonien, ni la gloire militaire du « petit caporal », Lionel Jospin propose un renversement de perspective, en déconstruisant la légende liée à ce personnage. Pour lui, l’épopée napoléonienne fut source d’instabilité pour la France et pour l’Europe.

Sur le plan extérieur, Lionel Jospin jette un regard sans complaisance, parfois dur, sur la diplomatie impériale et la soumission de contrées, d’où partirent les ferments de la révolte contre le « despotisme » napoléonien (en Espagne à partir de 1808, en Allemagne à partir de 1813).

Sur le plan intérieur, en se voulant le fils de la Révolution française et celui qui la termine, Napoléon a en partie nié l’héritage de la première République, la liberté et l’égalité. Plus loin, le « mythe du sauveur » a conduit la France sur les chemins d’une gloire sans lendemain, entraînant dans notre histoire une forme de défiance des Français doublée d’une nostalgie pour la grandeur passée, forcément illusoire. Parce que Napoléon n’a pas su pacifier la France à l’intérieur comme à l’extérieur, le projet d’un Empire dynastique fondé sur l’illusion d’un « appel au peuple » était voué à l’échec pour Lionel Jospin. En suivant les différents avatars du bonapartisme, avec Napoléon III ou encore le général Boulanger au XIXe siècle, l’auteur embrasse l’ensemble de notre histoire contemporaine jusqu’aux expressions les plus récentes du populisme. Son dernier chapitre n’est pas sans intérêt pour le citoyen curieux, qui y trouvera de quoi nourrir sa réflexion dans un monde en plein bouleversement. Avec ce livre sur Napoléon, époque qui peut nous paraître bien lointaine, Lionel Jospin met son lecteur face des questions aussi actuelles que le rapport au politique, l’organisation des institutions, les devoirs des élites, la nécessité de retrouver un collectif citoyen en nous débarrassant de l’éternelle tentation d’en recourir à un chef charismatique, à un « sauveur ». Autant de problématiques intéressantes dans la France de 2014."

 

Publié le mardi 9 septembre 2014plus Lire la suite
Tribune du Fil du Mau - Septembre 2014

Une rentrée pour rien ?

Lors des municipales le Maire avait écarté du débat l’aménagement des rythmes scolaires. Désormais nous savons pourquoi. Il n’a aucun projet éducatif territorial pour les enfants. Il nous le prouve en proposant des activités sans référence au projet éducatif et pédagogique des écoles.

Nous, nous proposions de faire de l’enfant un citoyen éclairé, responsable et acteur de la Cité.

Le Maire est dans la continuité de son prédécesseur, se sont à nouveau les familles qui passeront « au tiroir-caisse » pour que les enfants participent aux activités extra-scolaires. Ce qui pose un réel problème d’égalité.

Le Maire, acceptera-t-il se revoir sa copie, nous y veillerons ! En attendant bonne rentrée à toutes et à tous.

Rudy NAMUR

Pour le Groupe Socialiste et Apparentés

Publié le vendredi 22 août 2014plus Lire la suite
Lionel JOSPIN mon invité lors de la 68ème Foire de Châlons-en-Champagne Lionel JOSPIN mon invité lors de la 68ème Foire de Châlons-en-Champagne

Nous voici déjà à la rentrée, et à Châlons-en-Champagne la rentrée est synonyme de Foire de Châlons. C'est pourquoi je vous invite à venir suivre la  la conférence de Lionel JOSPIN portant sur son dernier ouvrage Le mal napoléonien qui se déroulera lors de la 68ème Foire de Châlons, le samedi 06 septembre à 14h45 Espace Feuillatte, à cette occasion une séance de dédicaces sera organisée à 16h00.

Publié le dimanche 17 août 2014plus Lire la suite
L'opposition se mobilise pour préserver l'armée à Châlons-en-Champagne L'opposition se mobilise pour préserver l'armée à Châlons-en-Champagne

La mobilisation continue pour préserver nos régiment sur le territoire châlonnais. A la suite du dernier conseiller municipal, sur proposition du groupe socialistes et apparentés, un pétition vient d'être mise en ligne sur le lien suivant https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/pour-le-maintien-de-l-arm%C3%A9e-%C3%A0-ch%C3%A2lons?recruiter=133908100&utm_campaign=mailto_link&utm_medium=email&utm_source=share_petition

Par ailleurs, notre groupe politique a adressé à Manuel VALLS, Premier Ministre, un courrier (voir l'image) pour attirer son attention sur ce dossier.

Publié le lundi 11 août 2014plus Lire la suite
MERCI À TOUS...

Je tiens à remercier l'ensemble des châlonnaises et châlonnais qui ont voté pour la liste UN NOUVEAU SOUFFLE POUR CHALONS.

Je suis fier de mon équipe, des volontaires avec lesquels j'ai oeuvré au quotidien et avec lesquels nous allons continuer à travailler ! 

Demain, une association UN NOUVEAU SOUFFLE POUR CHALONS sera créée avec toutes celles et tous ceux qui veulent faire bouger Châlons En Champagne. Je compte sur vous !

Publié le mercredi 2 avril 2014plus Lire la suite
A PROPOS DE LA GRÈVE TOUCHANT LES AGENTS MUNICIPAUX

Depuis ce mercredi matin, la colère gronde chez une majorité des personnels municipaux.
La raison ? Une réunion organisée la veille avec leur syndicat, le Président de la communauté d'agglomération et maire de Châlons et sa Vice-Présidente en charge des ressources humaines, qui s'est mal finie : cette élue de la CAC s'étant permis de proférer des menaces les agents municipaux de privatiser leur service, les poussant à exprimer leur colère par un mouvement de grève.

Au lieu d'essayer de restaurer le dialogue avec ses agents, Benoist Apparu, actuellement adjoint au maire et candidat à l'élection municipale, n'a fait qu'envenimer la situation en distribuant aussitôt un tract moralisateur (quelle réactivité !!) condamnant le droit de grève des agents municipaux et les accusant de "prendre en otage les Châlonnais" .

Pis, M. Apparu, toujours dans cette démarche de mésinformation et de manipulation qui le caractérise, profite de la situation pour salir l'image de Rudy Namur et de la liste "Un nouveau souffle pour Châlons" en colportant, auprès des Châlonnais et via les réseaux sociaux, l'information mensongère selon laquelle la gauche serait à l'origine de ce mouvement de grève.

Après la rumeur du 9-3 qu'il a lui-même alimentée dans les médias afin de se victimiser et de créer des divisions au sein de la population châlonnaise, M. Apparu, dans une démarche une nouvelle fois purement électoraliste et égoïste, s'évertue à nouveau à monter les Châlonnais les uns contre les autres : agents administratifs contre élus, agents administratifs contre administrés, salariés du public contre salariés du privé...
De surcroît, en faisant porter le chapeau à la gauche à quelques jours du second tour des municipales, alors même que la responsabilité du désordre et son amplification lui incombe en grande partie...

Quel crédit accorder à cet homme qui vise le mandat de maire, premier chef des services municipaux, et qui est incapable d'instaurer un dialogue serein et respectueux avec les agents municipaux ?
Quel crédit accorder à cet homme capable de créer et d'amplifier des conflits sociaux, qui touchent aux plus près les salariés et leurs familles, à des fins purement électoralistes ?
Quel crédit accorder à cet homme qui ne pense qu'à semer le trouble et à manipuler la population, agents administratifs comme administrés ?

Aucun, malheureusement...

LA LISTE "UN NOUVEAU SOUFFLE POUR CHÂLONS"

Publié le vendredi 28 mars 2014plus Lire la suite
LE 30 MARS : VOTEZ EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE !

Publié le jeudi 27 mars 2014plus Lire la suite
LETTRE OUVERTE AUX ABSTENTIONNISTES LETTRE OUVERTE AUX ABSTENTIONNISTES

 

Madame, Monsieur,

Vous avez été 4 225 électeurs à nous faire confiance et à vouloir donner « un nouveau souffle pour Châlons ». Je vous en remercie.

Les résultats de l’élection de dimanche montrent une nouvelle fois un très fort taux d’abstention, synonyme d’un mal-être face aux difficultés économiques et sociales. Ce que je comprends d’autant plus, que je le vis au quotidien dans le contact avec les Châlonnais, dans mes fonctions de conseiller général et d’élu municipal.

Cependant, dimanche prochain, 30 mars, nous ne devons pas nous tromper d’élection. Nous votons pour élire le maire de Châlons, qui conduira l’action municipale pour les six prochaines années. Ce choix ne pourra se faire qu’entre la liste conduite par Benoist Apparu et la liste « Un nouveau souffle pour Châlons » que je conduis.

Benoist Apparu vous promet déjà des fermetures d’écoles, une réduction des dépenses d’équipements pour financer ses mesures nouvelles, des coupes sombres dans les budgets des services municipaux, qui vont hypothéquer l’avenir de notre capitale régionale.

De mon côté, je vous propose de stopper le déclin économique et démographique de Châlons, de préserver la qualité de nos services publics municipaux, sans augmenter les impôts locaux, de préparer pour les futures générations un territoire où l’on a envie de vivre et d’habiter.

Dimanche 30 mars, l’avenir de Châlons capitale régionale est entre vos mains.

Je compte sur vous, sur votre mobilisation, pour faire gagner notre liste « Un nouveau souffle pour Châlons », et avec elle, tous les Châlonnais.

RUDY NAMUR

 

POUR TÉLÉCHARGER MA LETTRE AUX ABSTENTIONNISTES, CLIQUEZ ICI.

POUR TÉLÉCHARGER NOTRE TRACT D'ENTRE DEUX TOURS, CLIQUEZ ICI.

POUR TÉLÉCHARGER NOTRE PROFESSION DE FOI DU SECOND TOUR, CLIQUEZ ICI.

Publié le jeudi 27 mars 2014plus Lire la suite
Le 20 mars : Meeting de campagne. Près de 300 personnes présentes !

Hier soir, meeting de campagne à la salle Pelloutier : une très belle soirée avec une ambiance des grands soirs à Châlons, près de 300 personnes présentes, un très grand moment...

Merci à tous.

 

Publié le vendredi 21 mars 2014plus Lire la suite
Lorsque le candidat de la droite bafoue le principe de neutralité de la collectivité publique...

Monsieur APPARU se permet de distribuer ses tracts électoraux dans les casiers des agents de la Mairie.

Par une lettre adressée ce jour à Monsieur le Maire, nous dénonçons cette méthode qui bafoue le principe de neutralité de la collectivité publique.

Publié le mercredi 19 mars 2014plus Lire la suite
Le 20 mars à 19h00 : MEETING DE CAMPAGNE Le 20 mars à 19h00 : MEETING DE CAMPAGNE
MEETING DE CAMPAGNE le jeudi 20 mars à 19h00
Auditorium Pelloutier - Maison des syndicats - 1 place de Verdun
 
ENTRÉE LIBRE, VENEZ NOMBREUX !
Publié le lundi 17 mars 2014plus Lire la suite
Le 15 mars : nos jeunes Châlonnais ont vraiment du talent ! Le 15 mars : nos jeunes Châlonnais ont vraiment du talent !

Vous étiez nombreux samedi dernier à venir au local de campagne découvrir les réalisations de nos jeunes talents châlonnais !

Plus de 150 visiteurs, jeunes et moins jeunes, ont pu découvrir les multiples facettes de l'art urbain portées par nos jeunes : graffiti, slam, mix, rap, démonstration de street-dance et de boxe, exposition de photos...

Bravo à tous nos jeunes pour ces moments formidables qu'ils nous ont offert !

 

 

Publié le lundi 17 mars 2014plus Lire la suite
Le 15 mars : RDV à 16h au local de campagne avec les jeunes talents châlonnais ! Le 15 mars : RDV à 16h au local de campagne avec les jeunes talents châlonnais !

Un nouveau souffle pour la jeunesse châlonnaise !

Venez nombreux ce samedi 15 mars à 16 h00 à la permanence de campagne, située au rond-point de la gare de Châlons.

Au programme : graff, slam, mix, chant, danse... De la pure culture urbaine présentée par nos jeunes Châlonnais...

Publié le samedi 15 mars 2014plus Lire la suite
Le 12 mars : Débat organisé par l'Hebdo du Vendredi Le 12 mars : Débat organisé par l'Hebdo du Vendredi

Mercredi dernier, le journal  L'Hebdo du Vendredi organisait au Capitole un débat entre les 4 candidats à l'élection municipale de Châlons-en-Champagne.

La liste "Un nouveau souffle pour Châlons avec Rudy Namur" était présente en nombre dans la salle.

Pour retrouver un (très court) résumé des échanges, cliquez ici.

Publié le samedi 15 mars 2014plus Lire la suite
Téléchargez nos dossiers thématiques : POUR BIEN VOTER LE 23 MARS, VOTEZ BIEN INFORMÉ
Parce que l'équipe d'"UN NOUVEAU SOUFFLE POUR CHÂLONS" prône la transparence, la rigueur et la qualité du débat de fond, parce qu'elle souhaite lutter contre la désinformation dont certains de nos adversaires se sont faits les spécialistes, l'ensemble de nos dossiers thématiques est téléchargeable sur notre site internet (rubrique : "Notre projet" / "Nos priorités pour Châlons"). 
 
Vous souhaitez regarder de plus près nos fiches sur la fiscalité, la gestion, le Capitole, le droit de préemption, le développement économique, la sécurité, le sport, la vie associative, la politique sociale... ; rien de plus simple, cliquez sur ce lien.
 
De nombreux documents sont régulièrement mis en ligne.
 
POUR BIEN VOTER LE 23 MARS PROCHAIN, VOTEZ BIEN INFORMÉ(E) !
 
Publié le mercredi 12 mars 2014plus Lire la suite
Dessin de TEX : Dessin de TEX : "Préemption : la Droite désemparée" Publié le mardi 11 mars 2014plus Lire la suite
Dessin de TEX : Dessin de TEX : "Skate-park : Apparu bétonne le Grand jard" Publié le mardi 11 mars 2014plus Lire la suite
Le 7 mars : Portrait de Rudy Namur dans L'Union Le 7 mars : Portrait de Rudy Namur dans L'Union

L’histoire familiale mêlée à celle avec un grand « H » ont permis à Rudy Namur d’être sensibilisé très jeune à certaines valeurs. Celles qu’il porte aujourd’hui haut dans son projet pour la municipalité.

Son grand-père communiste résistant lui a transmis de nombreux récits des actions menées durant la Seconde guerre mondiale : « Cela n’a fait qu’ancrer en moi un certain nombre de valeurs », souligne le candidat. « À partir de là, cela donne aussi une autre image de l’engagement, pour autrui, pour la chose publique ». Lui qui est dans la réserve citoyenne de l’armée de Terre inscrit son engagement dans le cadre du devoir de mémoire. Passionné par l’histoire contemporaine, il s’intéresse de près aux faits de société et d’actualité qui peuvent raviver certains éléments : le racisme ou l’antisémitisme notamment.

L’histoire en mouvement

Et lorsqu’un événement majeur fait l’actualité, il ne décroche pas des chaînes d’information continue, observant l’histoire en mouvement. « Le fait d’avoir un grand-père qui s’est battu contre l’oppression nazie renforce la détermination de mes combats contre le racisme ».

Autre pan de l’histoire qui l’intéresse tout particulièrement depuis sa plus tendre enfance : la mort de Kennedy. « C’est un fait majeur de notre histoire. Tout petit, j’ai dû voir le film JFK et cela m’a touché ». Le personnage a pour lui quelque chose de fascinant : « C’était un jeune président démocrate qui plus est, qui a essayé de faire bouger les choses et s’est heurté à des murs ou à des lobbys ». Sa théorie sur cet assassinat ? « Ce qui rend attrayant cet épisode de l’histoire c’est qu’on n’a toujours pas de réponse », conclut-il.

Sa vie de famille

Autre temps, autres passions, celles d’un jeune père de famille qui « ne sait pas rester sans rien faire ». Lui qui travaille chaque matin et est en congés l’après-midi pour mener à bien sa campagne, n’en oublie pas de consacrer du temps à son épouse et son petit garçon. Qui le suivent d’ailleurs parfois sur le terrain, lors d’inaugurations ou de matchs du CCRB.« J’essaie de profiter d’eux au maximum », confie-t-il. « Se ressourcer en famille est primordial, aussi bien en famille resserrée qu’éloignée ». Et de quoi parlent-ils en tribu ?« De politique » bien sûr. 

Enfin, Rudy Namur aime et pratique le sport (un peu moins ces derniers temps en raison d’une hernie discale), mais il est un habitué du parcours de santé des bords de Marne. « J’ai toujours couru », se souvient-il. Les 10 kilomètres de Reims lorsqu’il était étudiant, ceux de Châlons lorsque son dos le lui permet. Il a aussi fait du basket. Quant au football, c’est… dans son fauteuil qu’il apprécie le plus le ballon rond.

Des passions qui lui permettent de garder les pieds sur terre et de rappeler qu’il ne « fait pas que de la politique ».

 

Site de L'Union : http://www.lunion.presse.fr/region/rudy-namur-fascine-par-le-destin-de-kennedy-ia17b0n311735

 

 

 

Publié le dimanche 9 mars 2014plus Lire la suite
Le 7 mars : Carole et Claudine mises à l'honneur dans L'Hebdo du Vendredi Le 7 mars : Carole et Claudine mises à l'honneur dans L'Hebdo du Vendredi

Femmes et militantes 

Elles jonglent - aussi bien que les hommes, si ce n’est mieux ! - entre leurs casquettes d’épouses, de mamans, de salariées et de militantes. A l’occasion de la Journée de la Femme, l’Hebdo du vendredi a décidé de mettre en lumière les colistières de cette campagne électorale. Et la façon dont elles vivent cette aventure politique...

Après la présentation des colistières de droite et d'extrême droite, Carole JOUSSIER et Claudine JOUSSIER, mes colistières, parlent de leur engagement : 

Il y a aussi des colistières connues comme le loup blanc à Châlons. Amies depuis plus de trente ans, Carole Joussier et Claudine Pavet (liste de Rudy Namur) étaient aux côtés du socialiste Gérard Berthiot lors des municipales de 2008. « Cette liste de rassemblement de gauche est une première, note Carole Joussier, secrétaire du Parti socialiste châlonnais. Mais on a commencé à travailler tous ensemble dès 2011. »

Et pourquoi pas une femme en tête de liste ? « Peut-être une prochaine fois ! Cela dit, vu les commentaires entendus çà et là lorsque Ségolène Royal s’est présentée, je pense qu’il va falloir encore attendre un peu... »

Claudine Pavet est partie travailler à l’étranger pendant douze ans, et adhère depuis toujours au PS. « Je crois que je savoure encore plus ma ville depuis mon retour. La politique est l’affaire de tous, ce n’est pas une histoire de sexe ! Il existe aussi une solidarité énorme entre colistières. On a prévu un espace pour les enfants au local, et on garde les enfants à tour de rôle pendant le porte-à-porte. »

 

Retrouvez l'intégralité de cet article sur : http://www.lhebdoduvendredi.com/article/16305/femmes_et_militantes

 

Publié le dimanche 9 mars 2014plus Lire la suite
Le 8 mars : Des roses pour les Châlonnaises ! Le 8 mars : Des roses pour les Châlonnaises !

Ce 8 mars, journée internationale de la femme, fut l’occasion pour les membres de la liste « Un nouveau souffle pour Châlons » de remettre des roses à toutes les Châlonnaises. Sur le marché comme dans les Résidences pour Personnes Agées (RPA) ou encore à l’EHPAD de Châlons (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes), Rudy Namur et son équipe ont pu, une rose à la main, présenter leur projet aux nombreuses Châlonnaises particulièrement réceptives. 

Chaque année, le 8 mars est l’occasion de se pencher sur la condition féminine. Aujourd’hui, encore 3 femmes sur 4 gagnent moins que leur conjoint, les filières entièrement mixtes ne concernent que 12 % des actifs. Le plus dramatique reste les violences faites aux femmes : en Europe, 62 millions de femmes (soit une population équivalant à la population française) ont déjà subi des violences physiques ou sexuelles et 1 femme sur 20 a déjà été violée depuis l’âge de 15 ans.

De nombreux progrès restent donc à accomplir. Les élections municipales sont une opportunité pour les candidats d’affirmer leurs différentes valeurs sur des sujets spécifiques. Notre liste « Un nouveau souffle pour Châlons » a pris l’engagement de lutter contre toute forme de discrimination, en instaurant une cellule de veille au sein des services municipaux chargée d’impulser des actions d’information, de sensibilisation et de prévention dans ce domaine. Cette structure permettra de recenser les actes de discrimination et d’enclencher des procédures d’alerte. 

Un(e) conseiller(e) municipal(e) délégué(e) sera par ailleurs chargé(e) de la thématique « égalité femmes – hommes ».

C’est unis et solidaires que nous réussirons, ensemble, à combattre les injustices au niveau national comme sur le territoire châlonnais.

Vous pouvez retrouver toutes nos propositions sur le site : www.rudynamur.fr  (rubrique : Notre projet).

Publié le dimanche 9 mars 2014plus Lire la suite
Dessin de TEX : Dessin de TEX : "les impôts locaux"

Le samedi 8 mars, retrouvez notre dossier complet sur la "fiscalité locale" en cliquant ici (rubrique : Notre projet / Nos priorités pour châlons).

Publié le jeudi 6 mars 2014plus Lire la suite
Dessin de TEX : Dessin de TEX : "le centre-ville"

Comment prendre au sérieux un candidat qui prône un "plan marshall" pour un coeur de ville qu'il a mis 19 ans à détruire ?

Publié le vendredi 28 février 2014plus Lire la suite
Le 27 février : Visite de BENOIT HAMON, ministre Le 27 février : Visite de BENOIT HAMON, ministre

Visite constructive à Châlons-en-Champagne de Benoit HAMON, ministre délégué à l'économie sociale et solidaire.
Au programme : rencontre avec les responsables de l'UCIA, avec le responsable de la galerie du GHV, Jean-Claude ALAGAPIN directeur du Simply, avec B-Wize Wzr dans son magasin Wizy Wear ; visite également du magasin Chapitre ; et enfin une rencontre avec les volontaires de la liste Rudy NAMUR - Un Nouveau souffle pour Châlons !

Publié le vendredi 28 février 2014plus Lire la suite
Suivez la campagne de près en vous inscrivant à la lettre d’information hebdomadaire ! Suivez la campagne de près en vous inscrivant à la lettre d’information hebdomadaire !

Si vous souhaitez vous tenir informé(e) de notre campagne de terrain, abonnez-vous à notre lettre d’information (newsletter) et recevez-la chaque semaine sur votre boîte mail, en cliquant ici.

Publié le lundi 24 février 2014plus Lire la suite
ZOOM SUR NOTRE PROJET - Un nouveau souffle pour le sport châlonnais ! ZOOM SUR NOTRE PROJET - Un nouveau souffle pour le sport châlonnais !

Retrouvez dès aujourd’hui, dans la rubrique « Le projet /  Nos priorités pour Châlons », nos propositions relatives à la politique sportive à Châlons :

  • Notre projet de Charte du Sport.
  • Le discours de Rudy Namur, candidat tête de liste, prononcé lors du débat organisé par l’OMS le 31 janvier 2014.
  • La lettre de Rudy Namur, candidat tête de liste, adressée aux responsables des clubs et associations sportifs châlonnais.

 

Publié le vendredi 21 février 2014plus Lire la suite
ZOOM SUR NOTRE PROJET - Un nouveau souffle pour l’économie châlonnaise et le centre-ville ! ZOOM SUR NOTRE PROJET - Un nouveau souffle pour l’économie châlonnaise et le centre-ville !

Retrouvez dès aujourd’hui, dans la rubrique « Le projet /  Nos priorités pour Châlons », nos propositions pour CRÉER LES CONDITIONS D’UNE REDYNAMISATION ÉCONOMIQUE :

  • Notre dossier complet « Pour un développement économique volontariste et innovant », dans lequel vous retrouverez nos propositions pour redynamiser la Ville de Châlons-en-Champagne.
  • Notre dossier complet sur « La redynamisation du centre-ville de Châlons », accompagné d’un rappel historique des dossiers « FISAC ».
  • La lettre de Rudy Namur, candidat tête de liste, adressée aux commerçants châlonnais.
  • La lettre de Rudy Namur, candidat tête de liste, adressée aux acteurs économiques châlonnais.
Publié le vendredi 21 février 2014plus Lire la suite
Les portraits décalés des membres de notre équipe sont en ligne !

Connectez-vous sur notre site internet et découvrez chaque jour les portraits décalés de deux ou trois membres de la liste « Un nouveau souffle pour Châlons » (rubrique / L’équipe).

Aujourd’hui, découvrez les portraits d’Emma et de Joël, qui s’ajoutent aux portraits déjà en ligne d’Alain, Martine, Philippe C., Marguerite, Alban et Francis F. !

Publié le jeudi 20 février 2014plus Lire la suite
L'Union du 19 février 2014 L'Union du 19 février 2014

Dans l’édition du journal L'Union de Châlons-en-Champagne, il est question de la liste Rudy NAMUR - Un Nouveau souffle pour Châlons.

Publié le jeudi 20 février 2014plus Lire la suite
Le 19 février : participation de Rudy Namur au JT 19/20 de France 3 Champagne-Ardenne Le 19 février : participation de Rudy Namur au JT 19/20 de France 3 Champagne-Ardenne

 

Hier soir, j’ai participé au JT 19/20 de France 3 Champagne-Ardenne.

Retrouvez l’intégralité de l’émission sur le site de France 3 Champagne-Ardenne (mon intervention à 15:04 de la vidéo) en cliquant ici.

 

 

Publié le jeudi 20 février 2014plus Lire la suite
Le 19 février : intervention de Rudy Namur sur France Bleu Champagne-Ardenne Le 19 février : intervention de Rudy Namur sur France Bleu Champagne-Ardenne

Hier matin, à 8h00, j’ai participé à une interview radio sur France Bleu Champagne-Ardenne où j'ai pu exposer certains points de mon programme.

Retrouvez mon intervention sur le site de France bleu en cliquant ici.

Publié le jeudi 20 février 2014plus Lire la suite
Le 17 février : présentation de notre projet pour Châlons à la presse

Après avoir présenté, en avant-première samedi dernier, notre projet aux membres de la liste « Un nouveau souffle pour Châlons » et aux membres du comité de soutien, nous avons présenté notre projet lundi soir aux médias locaux.

Un projet concret, ambitieux et réaliste pour Châlons.

Un projet écrit par des Châlonnais pour des Châlonnais.

Le projet est désormais téléchargeable (au format pdf) sur notre site : cliquez ici pour télécharger notre projet.

Publié le mercredi 19 février 2014plus Lire la suite
M. Apparu "aime Châlons". Ah bon ?

Vendredi 14 février, jour de la Saint-Valentin, la vitrine du candidat UMP à la mairie de Châlons affichait des cœurs. Mais à qui donc M. Apparu voulait-il déclarer sa flamme ? Aux Châlonnais(es) ? A lire l'usage qu'il a fait de sa réserve parlementaire, non ! 135 000 € fois non !

Quand on aime, c'est bien connu, on ne compte pas. On donne avec générosité, sans compter. Manifestement, pour dépenser sa réserve parlementaire, M. Apparu a dû effeuiller la marguerite avant de choisir les élues de son cœur sur qui il pouvait compter.

Parmi elles, les associations ont eu droit à la première pétale et à sa mention "un peu" avec 2% de sa réserve. Les communes, elles, ont globalement obtenu la mention "beaucoup", avec les 98% restants, mais avec une côte d'amour très variable. Celles situées en dehors de la Communauté d'Agglomération de Châlons sont chéries "passionnément". Elles le sont même "à la folie" si elles sont en terres argonnaises (pour rappel, c’est grâce à cette partie rurale de la circonscription que M. Apparu fut élu député en juin 2012)...

Quant aux autres, celles de notre Communauté d'Agglomération, et notamment Châlons, il ne leur a pas du tout conter fleurette. Elles n'ont eu droit qu'à la dernière pétale de sa marguerite, celle que l'on arrache pour jeter à la figure d'une malheureuse Valentine le très cruel "pas du tout". 

Si donc  les Châlonnais(es) en doutaient encore, les voilà prévenu(e)s : le candidat UMP à la mairie de Châlons vient de leur répondre le plus cyniquement du monde qu'il ne les aime pas du tout ! Il leur a montré son véritable visage, celui d'un Valentin Disparu au fin fond de sa circonscription électorale pour glaner les voix de l'Argonne, bien plus utiles à sa carrière politique nationale que celles de Châlons.

Il est vrai que, ici, elles lui ont fait cruellement défaut lors des législatives de 2012 où, avec 54,48% des voix, Rudy Namur est arrivé largement en tête à Châlons.

 

Publié le mardi 18 février 2014plus Lire la suite
Le 15 février : Conférence sur le handicap au CSC Schmit. Le 15 février : Conférence sur le handicap au CSC Schmit.

Fin de journée de 18h à 19h45 au Centre social et Culturel E. Schmit pour suivre la conférence animée par Pascal Zénatti (chercheur en physiologie et plongeur) sur les handicaps et la plongée sous-marine, organisée par le club Aux Amis Plongeurs. Conférence très interessante sur l'accessibilité à tous de la plongée. 
Le projet UN NOUVEAU SOUFFLE POUR CHALONS propose une réflexion concernant la mise en place d'un agenda 22 local dont la finalité serait de mettre en oeuvre les conditions permettant d'assurer l'égalité des droits et des conditions de vie des personnes handicapées (voir Agenda 22)

Publié le lundi 17 février 2014plus Lire la suite
Le 15 février : un super accueil sur le marché ! Le 15 février : un super accueil sur le marché !

Accueil chaleureux, enthousiaste et riche en encouragements sur le marché ce samedi matin !

Publié le lundi 17 février 2014plus Lire la suite
Le 7 février : débat sur l'économie organisé par l'UCIA

Ce vendredi midi, l'Union Commerciale Industrielle et Artisanale (UCIA) organisait un débat avec les candidats aux municipales de Châlons-en-Champagne sur le développement économique de notre ville.

Il est temps de mettre fin à la spirale du déclin de notre ville, nous allons provoquer un véritable électrochoc pour remettre notre ville en ordre de marche.

Changeons la méthode, redonnons la parole aux acteurs économiques, fédérons, expérimentons, osons, c'est comme cela que nous libèrerons les énergies vecteurs d'attractivité de notre territoire !

 

Publié le lundi 10 février 2014plus Lire la suite
Le 31 janvier : débat sur le sport à Châlons organisé par l'OMS Le 31 janvier : débat sur le sport à Châlons organisé par l'OMS

Je remercie l'Office Municipal des Sports (O.M.S.) de Châlons, initiateur d'un débat sur le sport organisé ce 31 janvier dans le cadre des municipales.

Nous avons des propositions concrêtes pour les sportifs châlonnais, que vous pouvez consulter en cliquant ici

Publié le lundi 10 février 2014plus Lire la suite
Le 31 janvier : présentation officielle de la liste Le 31 janvier : présentation officielle de la liste

 

Après avoir lancé notre campagne la semaine dernière, j'ai présenté le 31 janvier la liste "Un nouveau souffle pour Châlons" avec Carole Joussier, Alain Goze, Marilyn Homon, Dominique Vatel, Karine Le Luron, Maxime Gérardin, Leila Filali, Homad Messaoudi, Franck Leclere, Claudine Pavet, Valérie Virard Cherrier, Olivier Kuzas, Philippe Comby, Béatrice Dufourg, Céline Michel, Cathy Rigaux, Julien Robert, Tony Mateos, Emilie Langlet, Fatima Lamsyah...

Vous pouvez retrouver le portrait de chacun des colistiers en cliquant ici.

Publié le lundi 10 février 2014plus Lire la suite
Le 25 janvier : inauguration de notre permanence de campagne Le 25 janvier : inauguration de notre permanence de campagne

La voiture électrique floquée et garée devant une permanence où Rudy Namur s’affiche en grand avec ses colistiers, enceintes retranscrivant la prestation du DJ qui met l’ambiance dans les locaux fraîchement repeints : le candidat socialiste a lancé sa campagne en grande pompe hier.

S’il a pris seul la parole, c’est pour mieux accueillir les protagonistes politiques locaux qui se sont joints à lui pour former l’union de la gauche : Carole Joussier (secrétaire locale du parti), Alain Goze (Association châlonnaise des personnalités civiles socialistes), Dominique Vatel (Parti communiste français) et Francis Leloup (Europe Écologie-Les Verts).

« Un trait sur les querelles du passé »

Rudy Namur a profité de l’occasion pour dévoiler les noms de la liste « Un nouveau souffle pour Châlons ». Outre les incontournables précédemment cités, d’autres visages bien connus à Châlons accompagnent le candidat socialiste comme Philippe Comby, Homad Messaoudi ou encore Franck Leclère.

À noter également la présence de Thibaut Poirot, le professeur indigné du 11-Novembre qui avait fait la une des médias en lançant le désormais célèbre « C’est une honte, ce n’est pas le jour » aux anti-François Hollande.

« Nous avons fait un trait sur les querelles du passé. Cet engagement que nous venons d’officialiser est fédérateur. Ce nouveau souffle est le fruit d’un travail intense », s’enthousiasme le candidat aux municipales.

L’homme a pu compter sur plusieurs soutiens de poids lors de son discours de lancement de campagne hier. Dans l’assistance, Jacques Meyer, vice-président du conseil régional, Frédéric Bardoux, représentant départemental du Parti radical de gauche ou encore Bruno Forget, patron de la foire de Châlons-en-Champagne ont été aperçus.

« On peut dire que la conquête est maintenant lancée. C’est le bon moment pour nous », conclut Alain Goze.

Source : Journal l’Union du dimanche 26 janvier 2014

 

Publié le lundi 10 février 2014plus Lire la suite
La gauche châlonnaise rassemblée pour gagner ! La gauche châlonnaise rassemblée pour gagner !


Je suis heureux de vous annoncer que l’union de la gauche châlonnaise est officialisée.

En effet, après le rapprochement des Personnalités Civiles et Socialistes début décembre, le Parti Radical de Gauche avant Noël, aujourd’hui Europe Ecologie Les Verts et le Parti Communiste Français ont rejoint notre dynamique. Une première depuis…1989. Prochainement plus de détails…

Publié le mercredi 22 janvier 2014plus Lire la suite
Mes voeux pour 2014 ! Mes voeux pour 2014 !

A l’aube de l’année nouvelle, je vous souhaite ainsi qu’à tous les êtres qui vous sont chers, la force d’entreprendre, la joie de réussir vos projets, le bonheur d’être utile aux autres. 

Que l’année 2014 vous soit lumineuse, bienfaisante et propice à mieux vivre, tous ensemble, au service des idéaux qui nous animent. 

Concorde, Santé et Joie dans les coeurs .

Bien à vous,

Rudy NAMUR

Publié le mercredi 1 janvier 2014plus Lire la suite


Anciens articles