pictoRivière en eaux vives la CAC se retire... et ce n'est pas une surprise
Rivière en eaux vives la CAC se retire... et ce n'est pas une surprise

 

C’est par l’intermédiaire d’un article paru dans le journal l’Union du 26 octobre 2015, titré : « L’Agglomération se retire du projet rivière d’eau vive au Jards » que nous avons appris que la Communauté d’Agglomération de Cités en Champagne (CAC) se désengageait de ce projet, impulsé par la Ville de Châlons-en-Champagne.

Bien que ce dossier n’ait pas fait l’objet d’une communication en commission des finances, ni en conseil communautaire de la CAC, le retrait de celle-ci du projet n’est pas une surprise pour nous.

En effet, il suffit d’analyser la prospective financière élaborée dans le cadre du Débat d’Orientations Budgétaires (DOB) pour 2016 qui sera organisé lors du prochain communautaire le 12 novembre 2015, pour vérifier que la CAC n’a pas les moyens financiers pour investir dans tous les projets qui lui sont présentés.

 Cette prospective financière, démontre que le budget de la CAC sera en épargne négative à partir de 2018.

C’est le chemin que nous prenons, si rien n’est fait pour ajuster les dépenses d’investissements à nos capacités financières, maintenir un niveau d’endettement supportable pour nos finances publiques en fonction des emprunts indispensables à faire pour soutenir les projets du CRSD, de l’ANRU (réhabilitation du Verbeau), la requalification urbaine et intermodale du pôle de la gare de Châlons-en-Champagne….

Il devient donc impératif pour la CAC de faire des choix et de dégager des priorités pour les investissements à réaliser dans la période 2015/2020.

En ce qui concerne le projet de « rivière d’eau vive » présenté par le maire de Châlons-en-Champagne, qui peut avoir un effet d’attractivité sur notre territoire, notre groupe a pris position pour le soutenir en son temps, dès lors que se vérifiait sa faisabilité économique.

Nous continuerons, malgré le désengagement de la CAC, à soutenir ce projet si la faisabilité économique notamment avec l’installation d’une micro centrale électrique se vérifie dans l’étude en cours de réalisation.

Nous pensons que le Maire de Châlons-en-Champagne dispose d’un carnet d’adresses suffisamment étoffé et des relations nécessaires pour trouver des investisseurs qui pallieront facilement au retrait de la CAC du projet.

Il est tout fait possible aussi que la nouvelle SEM Energie qui vient d’être créée par la Ville et la CAC puisse s’inscrire dans ce projet.

N’est-il pas question, en effet, de rentabiliser le projet par les ressources dégagées par la production d’énergie d’électricité produite par l’eau ?

 

Groupe socialiste et apparentés du Conseil municipal de Châlons-en-Champagne

Publié le